Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Rétrospective Carl Andre

A voir, à lire, à écouter | 26/10/2016

CARL ANDRE
SCULPTURE AS PLACE, 1958 - 2010

Musée d’Art moderne, Paris 16ème
Jusqu’au 12 février 2017

« A partir du moment où Carl Andre a découvert qu’un morceau de bois pouvait être en soi sculpture, il a changé la sculpture pour toujours.
(…) Il en avait fini avec le récit avançant au travers de la matière. La sculpture était déplacée vers son aspect matériel. Espace et matière étaient désormais ses plus petits dénominateurs communs, les seuls nécessaires ».

Philippe Vergne, extrait du catalogue de l’exposition.

Bel hommage du MAM à l’artiste américain minimaliste, associé aussi à l’art conceptuel et au Land art.
A partir du milieu des années 1960, plutôt que tailler dans le bois, Carl Andre emploie des éléments standards ou des matériaux industriels bruts qu’il dispose - parfois à perte de vue - dans les espaces que lui prêtent les musées et les galeries,
L’œuvre devient « un lieu d’expérience de l’espace, de la forme et de la matière ».

Il choisit des matériaux disponibles dans la région, in situ. « J’ai annoncé à chacune des galeries : Je me rendrai sur place et ferai une exposition pour vous, mais je n’enverrai pas d’œuvres.”


Crédits photos de haut en bas :

Carl Andre, Sculpture as Place, 1958-2010, Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart – Berlin © Carl Andre / VG Bild-Kunst, Bonn 2016, Foto : Staatliche Museen zu Berlin, Nationalgalerie / Thomas Bruns

Uncarved Blocks, 1975. Vue de l’exposition Carl Andre, Sculpture as place, 1958- 2010, au Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart, Berlin
© ADAGP, Paris, 2016

Tin Ribbon, New York, 1969 (proposition) ; Marseille, 1997 (réalisation), 1969-1997. Photo : Sébastien Gokalp Courtesy Paula Cooper Gallery, New York
© ADAGP, Paris 2016

Uncarved Blocks, 1975 (détail)
et
Breda, La Haye, 1986, Vue de l’exposition, Carl Andre, Sculpture as Place, 1958-2010, au Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart, Berlin
Photo : Sébastien Gokalp, courtesy de l’artiste et Konrad Fischer Galerie, Düsseldorf
© ADAGP, Paris 2016


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #30

A voir, à lire, à écouter | 15/04/2020

LE LOCATAIRE / THE TENANT de Roman Polanski (1976) Sur le plateau F d’Epinay, Pierre Guffroy a recréé la cour et l’atmosphère d’un vieil immeuble (...) Lire la suite

Un jour, un décor #29

A voir, à lire, à écouter | 14/04/2020

ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND de Michel Gondry (2004) Clementine a fait effacer Joel de sa mémoire. Nous entrons dans le cerveau de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #28

A voir, à lire, à écouter | 13/04/2020

BARTON FINK de Joel et Ethan Cohen (1991) A partir du moment ou il met le pied au Earle Hotel, tout n’est que désillusion pour Barton Fink, jeune (...) Lire la suite

Un jour, un décor #27

A voir, à lire, à écouter | 12/04/2020

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD d’Alain Resnais (1960) D’autres couloirs d’hôtels, là encore des lieux de confinement physique et mental auxquels le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #26

A voir, à lire, à écouter | 11/04/2020

SHINING / THE SHINING de Stanley Kubrick (1980) On ne présente plus ce couloir d’hôtel et cette moquette à motifs en pentagone, la plus célèbre du (...) Lire la suite

1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net