Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Visiter Cinecittà

A voir, à lire, à écouter | 02/01/2018

CINECITTÀ SI MOSTRA
c/o
CINECITTÀ STUDIOS

Via Tuscolana, Rome

Depuis 2011, Cinecittà est ouvert au public. Ce Hollywood-sur-Tibre, un outil de propagande autant que de production, destiné à développer l’industrie cinématographique italienne et divertir les foules, on le doit à Mussolini.
Au milieu des années 1930, Il Duce avait voulu faire surgir en rase campagne une ville entièrement dédiée au cinéma, à seulement 10 km du centre de Rome et accessible en tram (aujourd’hui en métro).

Cinécitta Studios c’est 60 hectares (à l’origine), 22 plateaux (21 car le 17 n’existe pas, le numéro porterait malheur...), un backlot avec des décors permanents plus un bassin extérieur de 7000 m2 flanqué d’un immense « backdrop » en dur, 80x20m de hauteur !
Le taux d’occupation est élevé grâce aux fictions et émissions TV, pub, évènementiel, productions étrangères…la proportion de long-métrages italiens étant en chute libre depuis les années 1980. Après les grandes années de la comédie italienne, après les fastes felliniens et viscontiens, la crise du cinéma a porté un coup dur au budgets décor et aux tournages en studio.

Du site, on ne verra qu’une petite partie, en visite guidée.
On déambule à l’extérieur des pavillons modernistes années 30 qui accueillent les bureaux de production, le département post-production, les ateliers de décor, les magasins de meubles, accessoires, costumes, ceux-là même qui ont habillé Ben-Hur et Cléopâtre.


Décor construit en 2004 pour la série anglo-américaine Rome.

Les décors permanents (une Rome antique, une place de Florence au moyen-âge, une façade de rue de New-York...) valent le détour. Construits pour des films ou des séries TV, ils ont été rachetés aux productions par Cinecittà qui les loue pour des tournages de films, autant d’époque que contemporains.



L’envers du décor.
Un temple de Jérusalem (The Young Messiah) avec les restes du décor de Dante Ferretti pour Gangs of New-York (Martin Scorsese, 2002) ;

Avec un peu de chance et s’il n’est pas occupé, on entre dans le Teatro 5, le plus grand du site. C’est ce plateau que Fellini considérait comme « il poste ideale / my ideal place », comme en atteste la plaque posée à l’entrée en l’honneur du maestro.


Dimensions : 36 x 80, soit environ 2900 m2

Cinecittà se raconte aussi à travers une exposition en trois temps :
Cinecittà si Mostra/Cinecittà shows off

- Why Cinecittà (1937-1943) ?, de sa création à la Seconde Guerre Mondiale, les origines du projet architectural et une salle en hommage à Fellini, avec des costumes et objets emblématiques de ses films.

- Shooting in Cinecittà (1943-1990), un voyage à travers l’histoire du cinéma italien et les productions étrangères produites sur le site.
- Backstage, une approche très rapide des métiers du cinéma : mise en scène, scénario, son, costumes, FX.



Costumes de Piero Tosi portés par Claudia Cardinale et Burt Lancaster dans
Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)

Sur le plateau 1 :
Cinecittà - Fatti e personaggi tra il cinema e la cronaca, une exposition temporaire de photos sur les évènements historiques qui ont marqué l’Italie au siècle dernier, et les films qui en ont témoigné.

L’âge d’or du cinéma italien est maintenant bien loin, les barres d’immeuble ont poussé à quelques mètres des façades en CP, mais pour qui aime le cinéma et les studios, la magie de Cinecittà est bel et bien là.

http://cinecittastudios.it
http://cinecittasimostra.it/exposition/?lang=fr

© a tsekenis


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #37

A voir, à lire, à écouter | 22/04/2020

SUEURS FROIDES / VERTIGO d’Alfred Hitchcock (1958) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC) : « Vertigo, cette histoire d’amour fou dont je garde en (...) Lire la suite

Un jour, un décor #36

A voir, à lire, à écouter | 21/04/2020

LA FAMILLE TENENBAUM / THE ROYAL TENENBAUMS de Wes Anderson (2001) Dans cette histoire de famille hétérogène et dysfonctionnelle, chacun des trois (...) Lire la suite

Un jour, un décor #35

A voir, à lire, à écouter | 20/04/2020

BELLE DE JOUR de Luis Buñuel (1966) Voilages et doubles rideaux, tissus de velours à frange, tapis anciens sur moquette, abat-jours en cuir, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #34

A voir, à lire, à écouter | 18/04/2020

L’ÉCLIPSE / L’ECLISSE de Michelangelo Antonioni (1962) A Rome, un appartement confortable dans un quartier récent. Quelques meubles de style, des (...) Lire la suite

Un jour, un décor #33

A voir, à lire, à écouter | 18/04/2020

HUGO CABRET / HUGO de Martin Scorsese (2011) Cherchez l’erreur ! Dans le Paris des années 30 qu’ils recréent par la magie du numérique, Scorsese et (...) Lire la suite

1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net