Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Une productrice expose un chef op’

A voir, à lire, à écouter | 07/01/2014

ED LACHMAN
PHOTOS / MONTAGE

Galerie Cinéma
Paris 75003
Jusqu’au 11 janvier 2014.

Voilà une productrice également galeriste. Anne-Dominique Toussaint (Les Films des Tournelles) a ouvert la galerie Cinéma qui, comme son nom l’indique, accueille des artistes inspirés par le 7ème art ou des personnalités du cinéma ayant aussi une démarche artistique.

Après la photographe Kate Barry, elle invite Ed Lachman, chef opérateur et réalisateur américain, une soixantaine de fictions et documentaires au compteur.

Les films qu’il a éclairés sont signés Wenders ou Schlöndorff - quand le cinéma allemand émergeait aux USA à la fin des années 1970/1980 - Shirley Clarke, Todd Solondz, Larry Clarke, Paul Shrader, Steven Soderbergh (L’anglais, Erin Brockovich), le premier Sofia Coppola (Virgin Suicides) et le dernier Altman (The last show).
En somme, des réalisateurs à la marge ou intégrés à Hollywood, mais toujours indépendants.
Récemment, on a vu la trilogie allemande Paradis de Ulrich Seidl, et Mildred Pierce de Todd Haynes pour la TV.

A la galerie Cinéma, il présente une série de polaroids noir et blanc, témoignages de l’ère pré-numérique, des photos de repérages et des images réalisées avec l’artiste William Bradley, ainsi qu’une série de photogrammes de Loin du paradis (Todd Haynes, 2002), mélodrame aux couleurs flamboyantes ici retravaillées numériquement.

Dans le dernier Positif, Ed Lachman raconte son parcours et sa collaboration avec divers réalisateurs.

« Dans l’étalonnage numérique, il y a maintenant des réalisateurs qui veulent changer tout ce qui était sur le plateau. Ce qui est important avec la pellicule, c’est ce que vous faites à l’enregistrement ; avec le numérique, c’est ce que vous faites après. Plus vous changez au cours de la phase finale, plus je crois que l’image devient synthétique, plastique. »
Positif, janvier 2014, Interview menée par Michel Ciment et Hubert Niogret.

En logo : The last show Robert Altman, 2006.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #44

A voir, à lire, à écouter | 29/04/2020

LE NARCISSE NOIR / BLACK NARCISSUS de Michael Powell et Emeric Pressburger (1947) L’art du matte-painting (et de la couleur) à son sommet dans ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #43

A voir, à lire, à écouter | 28/04/2020

THÉRÈSE d’Alain Cavalier (1986) Une autre forme d’emprisonnement, volontaire cette fois, celui de la jeune Thérèse qui brûle d’entrer au couvent. Le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net