Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Un musée du cinéma à New York

A voir, à lire, à écouter | 27/10/2014

MUSEUM OF THE MOVING IMAGE
Astoria (Queens), New York 11106

Qui occupe la dernière cellule de ce couloir de prison ? Hannibal Lecter, bien sur ! Ce dessin est l’un des documents exposés au Museum Of the Moving Image, sur la préparation du Silence des agneaux (décors de Kristi Zea).

Chaque capitale - ou presque - possède son musée ou sa cinémathèque qui raconte son histoire du cinéma, qui met en scène ses archives, sa collection d’anciens projecteurs et caméras, ses costumes et accessoires provenant de films célèbres.

New York (le cinéma américain y débuta avant d’émigrer sur la côte ouest) a ainsi son musée de "l’image animée", sur le site des anciens studios Paramount d’Astoria, à quelques stations de métro de Manhattan. Concurrencés par Hollywood, les plateaux furent repris par le Service cinématographique de l’Armée puis par la télévision.

Echappant de peu à la destruction, ils rouvrent au début des années 1980 avec le tournage de The wiz puis ceux de Hair, Les affranchis et L’impasse, difficile de faire plus newyorkais !

Peu connu, modeste par rapport aux prestigieux musées de la ville, le MOMI n’est certes pas incontournable mais vaut quand même le détour, pour ses expositions temporaires et ses salles de projection qui affichent une programmation de haut niveau : patrimoine, films d’auteurs, cycles, hommages.

A voir aussi pour Behind the screen, une exposition permanente qui recrée la « magie du cinéma » depuis son invention en prenant pour fils conducteurs l’évolution technique et les métiers, avec une petite section consacrée au Production design (maquettes, dessins).
Côté montage, mixage et animation, l’expo joue la carte "interactive" et l’aspect ludique pour attirer le jeune public.
.

Maquette du décor de Comédie érotique d’une nuit d’été Woody Allen, 1982.
Production designer : Mel Bourne
.

Fondé en 1988, le MOMI a intégré en 2011 un nouvel édifice signé Thomas Leeser, connu pour son architecture ultra contemporaine, ses bâtiments conçus comme par un designer.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #30

A voir, à lire, à écouter | 15/04/2020

LE LOCATAIRE / THE TENANT de Roman Polanski (1976) Sur le plateau F d’Epinay, Pierre Guffroy a recréé la cour et l’atmosphère d’un vieil immeuble (...) Lire la suite

Un jour, un décor #29

A voir, à lire, à écouter | 14/04/2020

ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND de Michel Gondry (2004) Clementine a fait effacer Joel de sa mémoire. Nous entrons dans le cerveau de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #28

A voir, à lire, à écouter | 13/04/2020

BARTON FINK de Joel et Ethan Cohen (1991) A partir du moment ou il met le pied au Earle Hotel, tout n’est que désillusion pour Barton Fink, jeune (...) Lire la suite

Un jour, un décor #27

A voir, à lire, à écouter | 12/04/2020

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD d’Alain Resnais (1960) D’autres couloirs d’hôtels, là encore des lieux de confinement physique et mental auxquels le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #26

A voir, à lire, à écouter | 11/04/2020

SHINING / THE SHINING de Stanley Kubrick (1980) On ne présente plus ce couloir d’hôtel et cette moquette à motifs en pentagone, la plus célèbre du (...) Lire la suite

1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net