Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Tout Boorman en Juin

A voir, à lire, à écouter | 04/06/2017

RETROSPECTIVE JOHN BOORMAN
Cinémathèque française, Paris 12ème
Jusqu’au 26 juin

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK (1969)
En salles à partir du 7 juin

Trop tard pour assister à la Leçon de cinéma de John Boorman hier à la Cinémathèque ! Mais on peut revoir toute l’œuvre du cinéaste britannique, auteur de films marquants comme Delivrance ou Excalibur .

« Sa filmographie est d’un apparent éclectisme alors qu’elle témoigne d’une belle cohérence avec son attirance pour l’imaginaire, le rêve et le fantastique.
Boorman travaille à l’intérieur de genres qu’il explore et redéfinit : le film de gangsters (Le Point de non-retour, The General), de guerre (Duel dans le Pacifique), d’horreur (L’Hérétique), de science-fiction (Zardoz), d’espionnage (Le Tailleur de Panama), le western (La Forêt d’émeraude, et à sa manière, Delivrance), la fable (Leo the Last), l’épopée (Excalibur) et plus singulièrement l’autobiographie avec son enfance pendant le Blitz (Hope and Glory) (…)

Cette variété a pu dérouter d’autant qu’elle s’oppose à la tradition réaliste d’outre-Manche incarnée par un Ken Loach ou un Mike Leigh. Son œuvre, régie par un univers mytho-poétique, n’en propose pas moins un regard aigu sur le monde qui nous environne ».
Michel Ciment, http://www.cinematheque.fr/cycle/john-boorman-390.html


Delivrance (1972)


Zardoz (1974)


Excalibur (1981)

Le 7 juin ressort en salles Le point de non-retour/Point Blank en version restaurée, son 1er film tourné aux Etats-Unis. Un thriller qui brouille les codes du film noir, un exemple de modernité cinématographique telle qu’on la trouvera dans le cinéma américain des années 60 et 70.
Recherchant l’abstraction, Boorman expérimente avec le montage, le son et multiplie les recherches visuelles (cadrages, motifs, couleurs...)





Ci-dessus et en vignette, Le Point de non-retour (1969), tourné autour de San Francisco, premier film tourné sur l’île d’Alcatraz après la fermeture de la prison.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

Un jour, un décor #37

A voir, à lire, à écouter | 22/04/2020

SUEURS FROIDES / VERTIGO d’Alfred Hitchcock (1958) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC) : « Vertigo, cette histoire d’amour fou dont je garde en (...) Lire la suite

Un jour, un décor #36

A voir, à lire, à écouter | 21/04/2020

LA FAMILLE TENENBAUM / THE ROYAL TENENBAUMS de Wes Anderson (2001) Dans cette histoire de famille hétérogène et dysfonctionnelle, chacun des trois (...) Lire la suite

1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net