Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Tacita Dean : le temps à l’oeuvre

A voir, à lire, à écouter | 17/02/2014

JG , FILM ET PHOTOGRAPHIES
PAR TACITA DEAN

Galerie Marian Goodman
Paris 75003
Jusqu’au 1er mars 2014.

Comment l’oeuvre d’un artiste hante et inspire un autre artiste, et semble s’imposer à lui à travers une série de coïncidences.
C’est l’expérience vécue par Tacita Dean, née en 1965 en Angleterre et installée à Berlin, avec la Spiral Jetty (la jettée en spirale) conçue par Robert Smithson.

En 1970, cette figure du Land art a fait déposer des tonnes d’un mélange de cristaux, de boue et de terre au bord d’un lac de l’Utah, créant une immense spirale émergeant de l’eau, progressivement engloutie au fil des ans. Selon le niveau du lac, cette spirale a réapparu de temps à autre.
Smithson meurt en 1973 en avion, alors même qu’il photographiait sa dernière oeuvre en cours de réalisation.

Par le passé, Tacita Dean avait vainement tenté de localiser la fameuse spirale et avait produit une oeuvre sur sa recherche.
Amie de l’écrivain de science-fiction J.G Ballard, elle remarque des similitudes entre la spirale et une nouvelle du receuil Les voix du temps, ouvrage qui sera plus tard trouvé dans la bibliothèque personnelle de Smithson. Sans lui donner la solution, Ballard, avant sa mort lui enjoint de « Traitez la spirale comme un mystère que votre film résoudra ».

Telle est la génèse du film JG, où Tacita Dean évoque le récit de Ballard et la monumentale sculpture disparue du land artist, essayant de filmer le temps qui passe, (qu’évoque d’autre la forme de la spirale ?), la domination de la nature sur l’homme.

Elle utilise volontairement des supports altérables par le temps, le film anamorphique 35 mm et le son optique, eux-aussi enroulés sur eux-mêmes.
Afin « de mélanger le paysage et le temps », Tacita Dean emploie une technique consistant à couvrir partiellement l’obturateur à l’aide de différents masques, suivant le principe du pochoir. Un effet difficilement réalisable en numérique.

Le film de 26 minutes est projeté en boucle au sous-sol de la galerie. Le rez-de-chaussée présente des photographies, des photogravures monumentales et diverses oeuvres liés au film.


Spiral Jetty, Robert Smithson


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #47

A voir, à lire, à écouter | 02/05/2020

POSSESSION d’Andrzej Zulawski (1981) Dans ses mémoires, Żuławski écrit : « Une jeune femme enfermée entre les murs d’un Berlin assiégé par les forces (...) Lire la suite

Un jour, un décor #46

A voir, à lire, à écouter | 01/05/2020

JACKIE de Pablo Larrain (2016) Veuve depuis seulement quelques heures, Jackie Kennedy rentre à la Maison blanche. Telle une somnambule, elle (...) Lire la suite

Un jour, un décor #45

A voir, à lire, à écouter | 30/04/2020

ORDET de Carl Theodor Dreyer (1954) C’est la dernière scène de Ordet et l’incroyable est sur le point d’arriver. En 1930, dans le nord du Danemark, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #44

A voir, à lire, à écouter | 29/04/2020

LE NARCISSE NOIR / BLACK NARCISSUS de Michael Powell et Emeric Pressburger (1947) L’art du matte-painting (et de la couleur) à son sommet dans ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #43

A voir, à lire, à écouter | 28/04/2020

THÉRÈSE d’Alain Cavalier (1986) Une autre forme d’emprisonnement, volontaire cette fois, celui de la jeune Thérèse qui brûle d’entrer au couvent. Le (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net