Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Robert Lepage au Festival d’Automne

A voir, à lire, à écouter | 05/09/2015

ROBERT LEPAGE
887

Théâtre de la Ville 75004 Paris
Du 9 au 17 septembre

Robert Lepage fait son « Je me souviens ». Seul en scène, il se remémore son enfance, au 887 rue Murray à Montréal, et le Québec des années 1960.
Sur une tournette, le décor d’immeuble se métamorphose et dévoile tour à tour les espaces intimes de son passé, tandis qu’au dehors, explosent les premières bombes du Front de libération du Québec.


887 Conception, mise en scène et interprétation de Robert Lepage.

« La topographie scénique est autant mentale que géographique, on entre dans ce bâtiment par la fenêtre, à la dérobée, comme on entrerait par effraction dans le cerveau d’un homme.. (...) Robert Lepage est un conteur passe-muraille qui s’adresse aussi à ce métier de comédien dont la mémoire est la pierre angulaire »
(Dossier de presse)

Pourquoi est-ce aussi vital aujourd’hui de faire revivre cette période du Québec ?
RL : Sur les plaques d’immatriculation des voitures au Québec il est écrit : “Je me souviens”. Quand vous interrogez autour de vous sur l’origine de ce slogan, rares sont ceux qui peuvent répondre.
Or, c’est tiré d’un poème écrit au tournant du siècle qui dit : “Je me souviens d’être né sous le lys – sous les Français – et de croître sous la rose”, donc je me développe et m’épanouis sous le régime anglais. (...)
J’insiste là-dessus parce qu’aujourd’hui quand on débat d’une option souverainiste ou fédéraliste, donc quand on parle politique – surtout avec les nouveaux arrivants et les jeunes – comment faire si on n’a pas de mémoire vive de ça et de ce qui s’est passé dans les années 1960 ?

Ce n’est donc pas seulement pour vous-même, pour votre propre mémoire, que vous revenez sur l’époque, mais aussi pour la mémoire collective du Québec ?
RL Le débat actuel vient en écho à celui des années 1960. Les grandes luttes du Québec ressemblaient alors à ce qui se passait en Europe où commençait la décolonisation, avec ces pays qui essayaient de s’affranchir du joug impérialiste. Dans 887, j’essaie de ramener ça, mais vu à travers les yeux d’un enfant.

Extrait d’un entretien de Robert Lepage par Jean-Louis Perrier


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #43

A voir, à lire, à écouter | 28/04/2020

THÉRÈSE d’Alain Cavalier (1986) Une autre forme d’emprisonnement, volontaire cette fois, celui de la jeune Thérèse qui brûle d’entrer au couvent. Le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 204

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net