Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Nouvelles expositions chez Perrotin

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2015

LIONEL ESTEVE, MEL ZIEGLER

Galerie Perrotin
75003 Paris

Jusqu’au 30 mai

Mel Ziegler, "Sticks and stones may break my bones"

..."but words will never hurt me", poursuit la contine populaire qui a inspiré le titre de l’exposition.
De la fin des années 70 à 1995, Mel Ziegler et Kate Ericson ont formé un duo d’artistes américains des plus importants, entre art conceptuel et Land art.
Ensemble, ils questionnaient l’Amérique contemporaine, la relation de l’artiste à la société, à la nation et à la politique. Leurs interventions à travers les États-Unis impliquaient directement les habitants, empruntant aux iconographies locales et nationales américaines.

La galerie Perrotin présente des œuvres de leur collaboration, puis de Ziegler seul, des installations et des photographies réalisées après la mort prématurée de Kate Ericson en 1995.

Ziegler poursuit un travail dans la même veine, « toutefois le formalisme et la méthodologie se sont assouplis au fil du temps. Un certain côté artisanal, un nouveau degré d’humour et de découvertes apparaissent alors dans ses œuvres. » (Dossier de Presse)

En logo : Rock Hard Individualism de Mel Ziegler, 2010
Une carte des États-Unis composée de diverses pierres trouvées par l’artiste. En regardant de plus près, chaque pierre peut évoquer un visage.
Courtesy Galerie Perrotin
.

Lionel Estève, a wander

Wander = flânerie, promenade sans but. Lionel Estève, né à Lyon en 1967 et vivant à Bruxelles, travaille à partir de fleurs et de feuilles qu’il recueille. Séchées sous presse, dorées à la feuille ou blanchies puis peintes à l’aquarelle, elles sont montrées sous verre ou posées à même les murs.

La première salle donne le ton : végétal, léger, poétique. Sur les murs, deux grands paysages sous verre aux tons délicats tandis qu’au centre de la pièce, une plume à peine visible tourne sur elle-même.

« Comme le dit l’artiste, « la nature nous raconte quelque chose ». Ce dont cette exposition parle, c’est la Nature qui le dit et ce qu’elle dit est mystérieux. Il ne s’agit pas d’un rapport écologique ou mélancolique mais bien contemporain et constructif, une nouvelle façon de penser le dessin, la sculpture... » (DP)


Lionel Estève, Papiers de Toscane 2015
Plantes pressées, aquarelle, encadrement
Photo : Claire Dorn


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Aline Bonetto, décoratrice de film

A voir, à lire, à écouter | 10/07/2020

ALINE BONETTO INTERVIEWÉE dans le Carrefour du blog Siritz « J’ai sculpté ce métier de décoratrice autant qu’il m’a façonné » explique Aline Bonetto (...) Lire la suite

Les producteurs aussi ont leur Ciné-Club

A voir, à lire, à écouter | 19/06/2020

TANDEM de PATRICE LECONTE (1987) RENCONTRE AVEC PHILIPPE CARCASSONE Dimanche 28 Juin à 16h30 Le Grand Action, Paris 5ème Les séances reprennent, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #55 et dernière

A voir, à lire, à écouter | 10/05/2020

UN JOUR SANS FIN / GROUNDHOG DAY de Harold Ramis (1993) Et une dernière pour célébrer la fin du confinement, envoyée par Riton Dupire-Clément (ADC). (...) Lire la suite

Un jour, un décor #54

A voir, à lire, à écouter | 09/05/2020

ACROSS THE UNIVERSE de Julie Taymor (2007) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC). « Envie de partager un ovni enchanté : Across the Universe. Ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #53

A voir, à lire, à écouter | 08/05/2020

L’HOMME RICHE / LUFTBUSINESS de Dominique De Rivaz (2008) « Le bonheur de partager en trois dimensions la silhouette de l’ombre et la lumière », (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net