Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Mario Bava, chef opérateur et réalisateur

A voir, à lire, à écouter | 06/07/2019

RÉTROSPECTIVE MARIO BAVA

Cinémathèque française, Paris 12ème
Du 3 au 28 juillet

Amateurs de frissons, de décors stylisés et de lumières sanglantes, vous aimerez Mario Bava, appelé « Le Maître du fantastique spaghetti » ou « Maestro of the macabre », ou encore « Le Magicien des couleurs », à l’égal de son compatriote Dario Argento.

Comme le disait son fils*, « En 1960, avec Le Masque du démon, mon père a inventé le cinéma gothique italien. Puis en 1964 avec Six femmes pour l’assassin, le giallo. Puis avec La Baie sanglante en 1971, le splatter** ».



Six femmes pour l’assassin, 1964

La Cinémathèque propose une rétrospective de 36 films réalisées ou éclairés par Bava, un "cinéaste rouge profond", comme le titre de la conférence donnée par Jean-François Rauger.
https://www.cinematheque.fr/cycle/mario-bava-519.html


Hercule contre les vampires, 1961

« Grand directeur de la photographie devenu réalisateur, Mario Bava s’impose à l’intérieur d’un artisanat voué à la fabrication d’œuvres de commande et de films dits "de genre", comme un génie de la lumière, un poète de la couleur, un peintre inspiré des éléments eux-mêmes, donnant vie à une image métamorphique devenue le premier personnage de films baroques et déments. (…) II est l’inventeur d’un cinéma pulsionnel et libre, cruel et abstrait à la fois ». (J-F. R)


La Planète des vampires, 1965

* Lire www.vodkaster.com/actu-cine/mario-lamberto-bava-cycle-arte-planete-vampires/1276075
** Giallo : polar d’invention italienne, d’une violence horrifique et vaguement érotique. Splatter : sous-genre du film d’horreur, sorte de gore stylisé.

En vignette : Operazione paura / Kill baby kill, 1966


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net