Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Le matte-painting d’hier à aujourd’hui

A voir, à lire, à écouter | 18/11/2016

PEINDRE POUR LE CINEMA,
UNE HISTOIRE DU MATTE PAINTING

par REJANE HAMUS-VALLEE
Presses Universitaires du Septentrion, 2016

Comment les décors, les architectures comme les paysages, ont été créés, prolongés ou magnifiés, depuis les débuts du cinéma jusqu’à aujourd’hui, peints sur plaques de verre ou au pinceau numérique.

A l’insu du spectateur, ces matte-paintings s’insèrent nombreux dans les films, et pas seulement ceux à grand spectacle. Réjane Hamus-Vallée, enseignante à l’Université d’Evry Val d’Essone, est sans doute la première universitaire à s’y être intéressée.
Auteur de nombreux articles et ouvrages sur les trucages et effets spéciaux, elle en raconte l’évolution tout en questionnant leur rôle dans les films, en soulignant les enjeux - économiques, esthétiques - de l’illusion cinématographique.



Avatar, James Cameron (2009)
Le Narcisse noir/Black Narcissus, M. Powell et E. Pressburger (1947)

« Et maintenant, où va le Matte Painting ? Son histoire se compose d’hésitations, de retours en arrière, d’utilisations parallèles de dispositifs ou encore de matériaux (pastel, huile, acrylique), de recyclage, bref, elle est loin d’être linéaire.
Le numérique rentre dans cette histoire au même titre que les autres mutations, et propose autant de points de rupture (fin des pinceaux « physiques », autre organisation du travail) que de continuité (détails authentifiants vs. détails désillusionnistes).
 »
http://books.openedition.org/septentrion/9894.

En vignette :
Atelier de matte-painters du studio ? à Hollywood, dans les années 1940.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #30

A voir, à lire, à écouter | 15/04/2020

LE LOCATAIRE / THE TENANT de Roman Polanski (1976) Sur le plateau F d’Epinay, Pierre Guffroy a recréé la cour et l’atmosphère d’un vieil immeuble (...) Lire la suite

Un jour, un décor #29

A voir, à lire, à écouter | 14/04/2020

ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND de Michel Gondry (2004) Clementine a fait effacer Joel de sa mémoire. Nous entrons dans le cerveau de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #28

A voir, à lire, à écouter | 13/04/2020

BARTON FINK de Joel et Ethan Cohen (1991) A partir du moment ou il met le pied au Earle Hotel, tout n’est que désillusion pour Barton Fink, jeune (...) Lire la suite

Un jour, un décor #27

A voir, à lire, à écouter | 12/04/2020

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD d’Alain Resnais (1960) D’autres couloirs d’hôtels, là encore des lieux de confinement physique et mental auxquels le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #26

A voir, à lire, à écouter | 11/04/2020

SHINING / THE SHINING de Stanley Kubrick (1980) On ne présente plus ce couloir d’hôtel et cette moquette à motifs en pentagone, la plus célèbre du (...) Lire la suite

1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net