Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Le film du mois

A voir, à lire, à écouter | 30/04/2015

SAYAT NOVA
de SERGUEI PARADJANOV
URSS, 1968

Version restaurée actuellement en salles.

La vie de Sayat-Nova, poète-troubadour arménien du XVIIIe siècle, en huit chapitres. Le film n’est pas son biopic, mais une suite d’images qui évoquent, sans aucun dialogue ou presque, certains épisodes de sa vie et l’esprit de sa poésie.

Familier ou pas de la culture arménienne, difficile de ne pas se laisser envoûter par ce poème visuel aux images somptueuses (composition, couleurs).
Une série de tableaux vivants - et insolites- se succèdent en plan fixe, dans une vision frontale qui imite les miniatures, tout comme les personnages reprenant les gestes et les poses des anges et des saints.
Des objets sont brandis comme des symboles mystiques : ustensiles, tapis, armes, instruments de musique... ils forment la mémoire collective d’un pays, Paradjanov est alors à la fois ethnographe et peintre.

Il réussit même à se faire prêter d’anciens manuscrits d’Etchmiadzin qu’il disposa sur les toits du célèbre monastère de Haghbat (XIIème siècle). A l’image, le vent fait palpiter et revivre ces pages vieilles de plusieurs siècles.
.

D’origine arménienne et fils d’antiquaire, Sergueï Paradjanov (1924-1966) était cinéaste (Les chevaux de feu, etc) et aussi musicien, plasticien, peintre. Il souffrit de la vague de répression qui visa les milieux culturels et artistiques en URSS au début des années soixante.
En décembre 1973, il fut condamné à cinq ans de travaux forcés, soupçonné de promouvoir le nationalisme des états de l’URSS.

Le tournage de Sayat Nova , en studio et en extérieurs, fut surveillé de près par les autorités soviétiques. Jugé indigne d’une biographie officielle, le film fut rebaptisé La Couleur de la grenade (Tsvet granata), retiré des écrans pendant des années puis redistribué dans une version tronquée.

Celle de 2014 ressuscite ce film unique et oublié, magnifiquement restauré à partir de copies ou fragments provenant de diverses archives de film.
.


Il y a quelques semaines, sortait un documentaire consacré au réalisateur, un hommage en forme de poème :
Le Scandale Paradjanov, ou la vie tumultueuse d’un artiste soviétique
de Serge Avédikian et Olena Fetisova.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net