Association des chef·fe·s décorateur·rice·s de cinéma

le cinéma le Louxor !

Actualités professionnelles | 17/08/2009

Empêcher la destruction du dernier vestige encore complet d’une salle de cinéma conçue pour le muet

Le Louxor et la Charte de Venise

Certains défenseurs du calamiteux projet de réhabilitation du Louxor font appel à la Charte de Venise pour justifier le bien-fondé des opérations prévues dans le projet de l’architecte Philippe Pumain sous l’égide de la Mission Cinéma de la Ville de Paris. Il n’est donc pas inintéressant de lire attentivement cette Charte avec en tête les éléments spécifiques au Louxor.

Pour commencer, qu’est ce que la Charte de Venise ?

La « Charte Internationale sur la Conservation et la Restauration des Monuments et des Sites » a été signée à Venise en 1964 lors du IIème congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques. Elle a été adoptée par le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS-UNESCO) en 1965. La Charte Internationale de Venise (PDF 71ko)

Avant d’aller plus loin dans notre processus d’analyse de ce texte appliqué au Louxor, remarquons un mot important : celui de restauration.

On nous a accusés d’élitisme, d’être savants, trop savants ! Au risque de passer pour des cuistres, nous savons l’importance des mots dans notre belle langue française.

La Charte de Venise traite de restauration : réparation, réfection - restauration d’un monument - nous dit le Larousse.

Lire la suite

07:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note | Tags : paris, patrimoine, culture, louxor
jeudi, 13 août 2009
Une page de nostalgie ouverte sur le quartier

L’excellent guide Trudaine Rochechouart dans tous ses éclats rédigé par Mesdames Caussé, Delpy, Le Breton et Thély-Muller sous l’égide du conseil de quartier Trudaine Rochechouart dans le 9ème arrondissement de Paris et publié par la mairie de Paris nous apprend qu’à deux pas du Louxor, au 15 boulevard de Rochechouart, se tenait la Gaîté Rochechouart. Avant d’être un cinéma, la salle avait été un théâtre puis un music hall. Maurice Chevallier s’y produisit mais en 1923 un incendie détruisit l’établissement et un cinéma le remplaça. Il a fermé ses portes en 1988 pour laisser place à un magasin de vêtements.

L’hebdomadaire Cinéma dans son édition du 25 février 1987 parle de la Gaîté Rochechouart. Il y a bien un brin de nostalgie à relire l’article intitulé la dernière séance mais il y aussi quelques considérations intéressantes qui restent bien d’actualité concernant non seulement le cinéma mais aussi la vie dans le quartier Barbès.

Le journaliste y relate ce qu’il a lu dans l’Officiel des spectacles du 20 janvier, et donne un coup de projecteur sur le quartier :

« L’an passé, beaucoup de salles ont fermé. Le XVIIIe semble avoir été un quartier très touché : je remonte le boulevard de Rochechouart ; au 15, le cinéma Gaîté Rochechouart ; allées et venues dans le hall ; près de la caisse, une jeune femme, Madame Maldonado : « Cela fait deux ans que j’ai repris La Gaîté ; ça tourne, même si la police passe souvent faire des rafles, des vérifications d’identité, la clientèle, ce sont des natifs du quartier et des maghrébins. Ici, c’est une salle de deuxième exclusivité ». De temps en temps, un habitué vient lui serrer la main. « Je veux ouvrir ma salle aux autres minorités du quartier : portugaise, yougoslave. »

Ici, j’entends un tout autre discours que chez certains exploitants pour qui la crise est imputable aux « étrangers ». Argument faux, aux relents de racisme indéniable. Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’immigration va au cinéma....

... Madame Maldonado reprend : « Le public est très sensible et exigeant sur la qualité de l’accueil ; pour le ramadan, j’ai fait trois soirées spéciales avec du musical. Je voudrais des occasions, faire venir des musiciens ou des conteurs de tradition orale du quartier. Il faut aussi encourager le public français à venir, c’est dur de motiver les familles, car pour cinq personnes dans ma salle, il faut sortir 90 francs*. Je suis optimiste sur mes projets ici. Sur l’avenir du cinéma en général, demandez au projectionniste ce qu’il en pense ». Cela fait vingt et un ans que Christian Chauvel est projectionniste : « La patronne est bien optimiste, vous savez combien de salles ont disparu dans le quartier ? Il cite : « Le Gaumont Palace, les 4 Paramount Montmartre, le Moulin Rouge, le Colorado, le Gaumont Rochechouart, le Delta, le Louxor, le Barbès Palace, l’Ordener, l’Atlas ; quant à l’Agora, la Cigale, le Montmartre ciné, ils sont fermés pour travaux. Souvent ce type de fermeture est définitif. Ici, entre 1964 et 1968, un film tenait l’affiche de deux à six mois. On passait même des films en V.O., des westerns, des péplums. Les premières baisses de fréquentations sont venues de la télé... »

o0o

Si seulement la mairie de Paris avait dans l’idée d’appliquer les idées de Madame Maldonado, nous n’aurions pas besoin de ces trois salles de cinéma prévues dans le projet de réhabilitation et nous pourrions non seulement avoir un établissement à la programmation culturelle plus variée que le seul cinéma art et essai, voire plus adaptée au quartier, mais aussi conserver le Louxor comme à l’origine au lieu de le démolir et de construire une copie !

Heureux temps ! 90 Francs pour 5 entrées, soit 2,75 € la place (18Fr). Pour apprécier, sachez que le SMIG horaire d’alors était à 4,24 € et que le SMIC horaire est en 2009 à 8,82 €, ce qui équivaut peu ou prou au prix actuel d’une entrée, avec quelques variantes selon les cinémas. (Voir : http://www.mysalaire.fr/fr/insee_smic_1980.php)

Vous pouvez signer une pétition à : http://sauvonslelouxor.blogspirit.com/archive/2009/08/11/une-page-de-nostalgie-ouverte-sur-le-quartier.html - more


Lire aussi les autres actualités pour Actualités professionnelles

 

Et les nommés sont ….

Actualités professionnelles | 30/01/2020

CÉSARS, OSCARS, BAFA 2020 DES MEILLEURS DECORS Les nominations sont tombées, voici les choix des Césars, des Oscars et des Bafa. Les cérémonies (...) Lire la suite

Formation SketchUp Pro

Actualités professionnelles | 28/01/2020

Formation SketchUp Pro : images, plans et modélisation 3D Courts-On organise 2 nouvelles sessions de sa formation SketchUp Pro, qui se dérouleront (...) Lire la suite

Reportage : Bienvenue à Studio Ecofilm

Actualités professionnelles | 21/01/2020

LES 16 ET 17 JANVIER, AU PRODUCTION FORUM (ex-Salon des tournages), ÉCODÉCO (ADC + MAD) a présenté Studio Ecofilm, le studio où l’on construit, (...) Lire la suite

“Courts on”La formation à la gestion de la décoration au cinéma !!

Actualités professionnelles | 15/01/2020

La prochaine session de formation à la gestion de la décoration au cinéma, d’une durée de 4 semaines, dispensée par l’organisme Courts-On, se déroulera (...) Lire la suite

L’ADC, MAD et EcoProd au Salon des Tournages

Actualités professionnelles | 14/01/2020

THE PRODUCTION FORUM Espace évènements du Parc Floral, Paris 12ème Jeudi 16 janvier de 14 à 21h et vendredi 17 de 10 à 18h L’édition 2020 du Salon (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 85

ADC

Association des chef·fe·s décorateur·rice·s de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net