Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

le SNTR/SGTIF et la CGT invitaient l’inter association à débattre !!

Brèves d'associations | 05/03/2011

c’est Laurent Tesseyre qui représentait l’ADC à cette rencontre dont il nous transmet ce compte rendu :

ADC
Compte rendu de réunion de rencontre
Invitation de l’Inter association
par
SNTR
Syndicat National des Techniciens et Réalisateurs
SGTIF
Syndicat Général des Travailleurs de l’Idustrie du Film
la CGT
Sous la direction de
Laurent BLOIS, Délégué général, pour le Conseil Syndical
2 Mars 2011

Etaient représentés, les scriptes, les ingénieurs du son, les assistants mise en scène, le casting, les régisseurs, les chef opérateurs, etc . . .

Les sujets suivant ont été évoqués à bâtons rompus :

Le centre des débats a été l’affirmation de tous, sur la nécessité d’une nouvelle Convention Collective, si possible Elargie.
L’attachement historique à la convention de 57 modifiée 73, constituant sans doute une des difficultés à l’émergence d’un texte nouveau.

L’élargissement de la Convention Collective étant une reconnaissance du Ministère du travail qui permet de l’imposer à tous les producteurs, y compris à ceux dont les associations n’en seraient pas signataires.

Comme nous le savons une négociation est en cours sur la base de la proposition de l’API.
En gros :
Une grille serait acceptable par le SNTR, assortie d’un contrôle de la durée du travail, ce que certain jugeait irréaliste.
L’abandon de la base de 60h hebdomadaire comme durée maximum légale serait un préalable à la discussion.

Pour les Films sous financés soit ± 40% de la production française,
Laurent Blois du SNTR/SGTIF la CGT présentant le principe de salaires minorés, comme la moins mauvaise solution à essayer, avec une clause de revoyure à 24 ou 48 mois.
Les critères de définition des « Films Fragiles » ouvrant à dérogation salariale, seraient assortis d’un contrôle par une commission paritaire (CNC, Syndicats, techniciens, producteurs)
Voir la position du SNTR/SGTIF sur leur site :
http://sntr-cgt.org/index.php?option=com_content&view=article&id=943:pourquoi-une-petition-dans-le-cinema&catid=521:cinema&Itemid=61

Les réactions diverses ont montré que la nécessité d’une information claire sur le sujet est plus que jamais nécessaire pour pouvoir se prononcer.

Le SNTR a lancé une pétition sur le sujet sur son site.

Une nouvelle convention est perçue comme un garde fou, même sans être idéale, à l’image de la convention de l’audiovisuelle, ayant assurée un assainissement de la situation.
Il a même été évoqué un alignement à la convention de l’audiovisuelle, les deux domaines d’activités étant souvent confondues dans l’exercice de nos professions.

Le SNTR croit possible à un délai de 12 à 24 mois avant une signature définitive.

Laurent Blois du SNTR/SGTIF la CGT a souligné la nécessité de plus de transparence dans les négociations individuelles en dessous du tarif, non pour stigmatiser, mais pour avoir une image plus claire des conditions de rétributions réelles sur les films.

La situation actuelle contenant des dérives préjudiciables à tous.

Laurent Blois renvois a une étude commandée par le CNC à l’ADP (directeurs de productions) sur les pratiques en usage, disponible sur le site, je n’ai pas trouvé ce rapport ni sur leur site ni sur celui du CNC ni celui de l’ADP.
Il nous l’enverra la semaine prochaine.

La diversité des approches et la libre parole a conduit à l’expression par certains de la nécessité d’une application rigoureuse et à la lettre des textes, ce qui, pour d’autres est d’un irréalisme total tant nos métiers sont fait d’exceptions et de cas particuliers.
Accepter des films en dessous du tarif est de l’ordre de la liberté individuelle même si cela contient des risques.
La diversité des films et des modes productions étant un vecteur essentiel de la liberté d’expression.

La vigilance a été attirée sur la prudence face à un nivellement préjudiciable à cette libre diversité, surtout par les temps qui courent.

Les rapports entre Syndicats et associations professionnelles ont été évoqués. Laurent Blois rappelant que les syndicats trouvent souvent leurs origines dans des associations professionnelles.
Chacun semblait s’entendre sur la nécessité d’un dialogue fort et soutenu entre syndicats et associations.
La différence des points débattus au sein des deux structures ne semblant pas être aussi claire que ça pour tout le monde.

SNTR/SGTIF la CGT est disponible et à l’écoute pour la médiation technicien/production même pour des salariés non syndiqués.

Naturellement quelques pics furent lancés en direction du SNTPCT dans un climat malgré tout de respect.

Laurent Blois se disait surpris de la réticence de Stéphane Pozderec à signer cette convention API modifiée, affirmant qu’il en était un des co-auteurs.

Il apparaît à l’évidence qu’il est très difficile d’élaborer un texte tout terrain pour réglementer les pratiques de professions aussi différentes réunies dans une même industrie.
Le trait commun étant la marge entre les heures de tournage et les heures de présence effectives de certaines professions.

Une question étant devons-nous parler de cet aspect de notre profession au sein d’une association professionnelle ou réserver ce discours à l’action syndicale ?

Voilà en gros ce qui s’est dit sous l’égide des SNTR/SGTIF la SGT.


Lire aussi les autres actualités pour Brèves d'associations

 

Baptiste Glaymann rejoint l’ADC

Brèves d'associations | 12/10/2020

En ce mois d’octobre, l’ADC a également le grand plaisir d’accueillir en ces rages un nouveau chef-décorateur : Baptiste Glaymann. Voici les lettres (...) Lire la suite

CINE CLUB DU 11 OCTOBRE 2020

Brèves d'associations | 12/10/2020

Hier encore, dimanche 11 Octobre, la démonstration de la réussite du Ciné Club Adc s’est confirmée, la salle du Grand Action (jauge Covid) est bien (...) Lire la suite

Le ciné-club DU DÉCOR À L’ÉCRAN redémarre

Brèves d'associations | 06/09/2020

Après quelques trop longs mois d’absence, L’ADC est heureuse de vous annoncer la reprise de son ciné-club DU DÉCOR À L’ÉCRAN, avec la projection du (...) Lire la suite

Formation à la gestion de la décoration au cinéma.

Brèves d'associations | 18/05/2020

En raison de la crise sanitaire, et en respectant les gestes barrières et la distanciation sociale, la prochaine session de formation à la gestion (...) Lire la suite

Astrid Tonnellier rejoint l’ADC

Brèves d'associations | 04/05/2020

C’est avec grand plaisir que nous accueillons Astrid Tonnellier dans les rangs de l’ADC. Voici les lettres d’introduction de ses parrains Riton (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 21

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net