Association des chefs décorateurs de cinéma

L’interview : Thierry Flamand

En exclusivité | 05/02/2014

Après un détour par les jeux vidéo, Thierry Flamand revient au cinéma avec le décor de La Belle et la Bête de Christophe Gans. Il n’a pu échapper au questionnaire de l’ADC….

Le film qui vous a donné envie de faire du décor de cinéma ?
Jeune architecte diplômé, je cherchais ma voie et j’ai eu la chance que mon frère Didier* me fasse découvrir le monde du Théâtre. Grâce à lui, j’ai rencontré Jacques Nolot qui m’a proposé mon tout premier décor au théâtre et Jean Reno qui m’a présenté à Luc Besson. C’est en travaillant sur Le Dernier Combat, que l’envie s’est révélée.

Je peux citer quand même Metropolis de Fritz Lang, Blade Runner de Ridley Scott, ou dans un tout autre genre Le Locataire de Polanski comme ceux qui donnent envie de continuer au début d’une carrière !

Abordez-vous un scénario, une pièce de théâtre ou un opéra de la même façon ?
Oui, s’il s’agit du plaisir d’imaginer l’espace et l’atmosphère de ce qui s’y raconte. Après, les choses sont bien sûr différentes dans la manière d’organiser le territoire scénographique d’un film et celui de la scène au théâtre ou à l’opéra.
Ces expériences diverses sont passionnantes, il y a toujours ce rapport essentiel à la lumière, à l’image, à la force de suggestion d’un décor.
Bien sûr, jouer sur la volumétrie ou l’atmosphère d’un lieu est plus évident en studio ou sur la scène d’un théâtre qu’en décor naturel.

Comment exprimez-vous vos idées de décor ? Aujourd’hui, dessinez-vous toujours à la main ?
Ça commence toujours par des notes, des croquis, des petits bouts de dessins, une recherche iconographique également qui étaye les ambiances qui me viennent à l’esprit. Puis je commence à dessiner plus précisément les décors.

Je trouve en dessinant, c’est très proche de l’écriture, les descriptions de lieux chez Balzac par exemple remplissent de nombreuses pages ; chez moi ce sont les blocs A3 qui se remplissent au Stabilo Stylist. Quand j’ai le temps, je fais des illustrations Photoshop. Je travaille aussi avec des illustrateurs de métier pour des concepts plus poussés.

Les trois qualités indispensables du décorateur ?
Sensibilité, imagination, philanthropie.

Un film, une exposition, un spectacle... qui vous a marqué récemment ?
Beaucoup de choses, entre autres récemment ou pas :
Le Cheval de Turin et plus généralement l’œuvre du cinéaste Béla Tarr est sans doute l’émotion cinématographique la plus forte que j’ai ressenti depuis longtemps. Entre danse et cinéma, l’extraordinaire Pina Bausch de Wim Wenders.
En danse, Rain d’Anne Teresa de Keersmaeker sur l’obsédante Music for 18 Musicians de Steve Reich.
En photo, les rencontres photographiques d’Arles et plus récemment l’exposition d’Alfredo Jaar.

Un souvenir de décor ou de tournage particulièrement fort depuis votre premier film ?
Désolé, mais il me faudrait bien trop de temps pour évoquer la foultitude de souvenirs forts liés à toutes mes expériences cinématographiques ! Sans doute Jusqu’au bout du monde de Wim Wenders restera comme la plus incroyable, mais bien d’autres films m’ont donné ce sentiment de plénitude.
Pour n’en citer que quelque uns Le Thé au Harem de Mehdi Charef, Chocolat de Claire Denis et Place Vendôme de Nicole Garcia.

Le film, ou le genre de film, dont vous avez toujours rêvé de faire le décor ?
Relisez le premier paragraphe…

De la préparation au dernier jour de tournage de La belle et le bête, un moment particulièrement difficile ?
La Belle et La Bête n’a pas été une promenade de santé… De la préparation au tournage on a travaillé dur, les livraisons de décors se sont enchaînées à un rythme très soutenu.
On a construit sur l’ensemble des plateaux de Babelsberg, la plupart du temps simultanément des décors dont certains avaient des dimensions impressionnantes. Il n’y a pas eu de moment particulièrement difficile mais rien ne s’est fait dans la facilité non plus !

…et le moment qui vous a donné le plus de satisfaction ?
A la livraison du premier décor, la Salle à Manger, j’ai compris qu’on avait atteint quelque chose d’assez exceptionnel !

La question manquante à laquelle vous auriez voulu répondre ?
Pensez-vous que le cinéma est le lieu idéal pour s’empiffrer de popcorns ?

* Didier Flamand, acteur, comédien pour le théâtre et le cinéma


Lire aussi les autres actualités pour En exclusivité

 

Wouter Zoon, décorateur de "Bécassine"

En exclusivité | 13/07/2018

Nouvelle adaptation d’une BD française, Bécassine, créée en 1905 et actuellement au cinéma. Réalisée par Bruno Podalydès, les décors sont de WOUTER ZOON. (...) Lire la suite

Dans la brume, par Arnaud Roth

En exclusivité | 22/04/2018

Une brume toxique envahit soudainement Paris. Dans un immeuble, un couple essaye de survivre et de protéger leur fille malade, isolée du monde (...) Lire la suite

Samuel Deshors raconte les décors de Call Me by Your Name

En exclusivité | 07/03/2018

CALL ME BY YOUR NAME réalisé par Luca Guadagnino, tourné en 2016, distribué en France en 2018. SAMUEL DESHORS (ADC) est le Production designer de ce (...) Lire la suite

Au revoir là-haut par Pierre Quefféléan

En exclusivité | 10/01/2018

Au tour de PIERRE QUEFFELEAN (ADC) de revenir sur les décors de son dernier film sorti en salle, AU REVOIR LA-HAUT d’Albert Dupontel. Adapté du (...) Lire la suite

Le décor de Festen, sur la scène et à l’écran

En exclusivité | 28/11/2017

REFLEXIONS AUTOUR DE LA SCENOGRAPHIE DE FESTEN, PAR VALERIE GRALL Sur la scène de l’Odéon/Ateliers Berthier jusqu’au 22 décembre, CYRIL TESTE et le (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

https://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

https://www.adcine.com

[(https://www.adcine.com|=={'https://www.adcine.com'}|oui) ]