Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

L’interview d’Alain Frentzel

l’interview du moment | 22/12/2014

Chef peintre pour le cinéma, artiste peintre, Alain Frentzel répond au questionnaire de l’ADC, en attendant de voir son travail dans les prochains films de Gilles Legrand ou Joachim Lafosse,

Peintre pour le cinéma : une envie ? un hasard ?
...Ni une envie ni un hasard…Après dix années dans la publicité comme illustrateur hyperréaliste, j’avais envie de changer. Une amie assistante déco, Solange Zeitoun, me propose de venir peindre des pubs (bouillon KUB, images de spiritueux, etc) sur les murs d’une maison, dans un port, en Bretagne pour un tournage, La nuit de l’océan de Antoine Perset.
Je trouve dans cette expérience une satisfaction et une excitation à travailler la peinture pour un décor. Ce que je faisais en petit sur un format raisin, je le fais en très grand sur les murs.

Artiste peintre et peintre pour le cinéma, comment vous alliez les deux ?
J’ai toujours privilégié (en pensée) mon travail personnel, sans le mélanger.
La peinture des décors est une manière de gagner ma vie et je dois préciser que j’ai rencontré des chefs décorateurs avec lesquels c’est un vrai plaisir de travailler.
Quand un film est fini, je range tout et je reprends mon travail personnel, en utlisant parfois des matières expérimentées sur les décors.

Quelques mots sur les portraits récemment exposés dans la vitrine de l’Inlassable Galerie ?
C’est une série de 100 portraits d’anonymes peints…inspirés de photos d’identités, de journaux, etc…trouvés dans la rue…ou donnés par des ami(e)s.
Je les expose sous forme de phrases, il suffit de remplacer un visage par une lettre et vous avez le titre d’un livre où une phrase d’un auteur que j’aime.

Dans l’idéal, comment se déroule une collaboration avec le décorateur d’un film ?
Chef peintre c’est transmettre à son équipe, le plus précisément possible ce que souhaite le chef décorateur, donc...j’essaye d’avoir avec le décorateur le plus d’informations possibles, et comme je travaille avec les mêmes décorateurs depuis longtemps, on se comprend vite, c’est une histoire de confiance partagée.

Etes-vous en relation avec le chef opérateur ?
C’est très rare, c’est surtout le décorateur qui me transmet les infos si la couleur est trop ceci ou trop cela.

Comment "trouvez-vous" la peinture d’un décor ?
C’est le chef décorateur qui me donne des documents qu’il aime bien et ensuite je fais des essais de couleurs, de matières, etc. Je lui fais des propositions et on en discute…j’adore ces moments de recherches ou tout ce met en place. Ces moments m’aident pour ensuite finaliser le décor.

Vous est-il déjà arrivé de devoir repeindre entièrement un décor avant le tournage ?
Non jamais...merci.

Des décors de films (en dehors des vôtres) dont vous admirez le travail de peinture ?
J’ai rencontré des peintres talentueux avec lesquels j’ai travaillé, mais un décor, c’est un ensemble entre…réalisateur, décorateur, ensemblier, constructeur, peintre…
Difficile de juger le travail pictural, ce qui m’intéresse c’est le film.

Un souvenir particulièrement fort sur un film ?
Il y en a beaucoup...mais un en particulier, c’était sur le film Vatel. Un matin tôt avec le décorateur Jean Rabasse, nous avons patiné un vrai boeuf écorché et emmailloté (voir le tableau de Rembrandt) avec de la graisse pour que le tissu fasse corps avec la chair.

Un film, une expo, un spectacle qui vous ait fait rêvé ?
Un film d’Ozu, muet et sans accompagnement, vu à la Cinémathèque : Une auberge à Tokyo
L’exposition de Lewis Baltz au BAL m’a bouleversé.
Laurent Poitrenaux au Theâtre Ouvert lisant Futur, ancien, fugitif d’Olivier Cadiot. Il est très fort.

Si vous n’aviez pas été peintre…
J’aurai aimé être photographe de guerre.

Quelques mots sur votre prochain film à sortir ?
Avec Olivier Radot - je travaille avec lui depuis près de 20 ans - nous sommes partis au Maroc, à Erfoud dans le désert, faire le décor d’une ONG pour Les chevaliers blancs, le prochain film de Joachim Lafosse inspiré de l’Arche de Zoé (photo). Nous avons vécu des moments inoubliables.

Question subsidiaire : celle à laquelle vous auriez voulu répondre ?
C’est assez…merci.


Photo d’un décor du film Les chevaliers blancs (2015)
Peinture (2006)
« J’utilise parfois mon travail personnel dans les décors et vice versa » (Alain Frentzel)


Lire aussi les autres actualités pour l’interview du moment

 

Fred & Fred Lapierre en interview

l’interview du moment | 20/06/2017

FREDERIC ET FREDERIQUE LAPIERRE ont rejoint l’ADC début 2016 et n’ont pas encore passé l’épreuve de l’interview ! Ils s’y sont collés à l’occasion de la (...) Lire la suite

François-Renaud Labarthe, "Personnal Shopper"

l’interview du moment | 17/12/2016

Depuis Désordre en 1986, Olivier Assayas a fait appel à FRANÇOIS-RENAUD LABARTHE (ADC) pour la plupart de ses films. Personal Shopper est sur les (...) Lire la suite

Dean Tavoularis, production designer

l’interview du moment | 11/12/2016

En juin dernier, à l’occasion de la fête célébrant nos 10 ans, DEAN TAVOULARIS devenait Membre d’Honneur de l’ADC. Production designer oscarisé, vivant (...) Lire la suite

Les décors de « L’Outsider » par Emile Ghigo

l’interview du moment | 07/07/2016

Pour L’outsider, l’adaptation par Christophe Barratier du livre de Jérôme Kerviel, EMILE GHIGO (ADC) a recréé l’univers de travail des traders à La (...) Lire la suite

Jean Rabasse raconte « Paramour »

l’interview du moment | 30/05/2016

JEAN RABASSE (ADC) aime alterner les décors pour le cinéma et le spectacle vivant. Pour Paramour, avec Philippe Decouflé et la troupe du Cirque du (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net