Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

L’autre film du mois

A voir, à lire, à écouter | 18/07/2015

SORCERER / LE CONVOI DE LA PEUR
de WILLIAM FRIEDKIN

1977, 121mn, USA

Version restaurée en salles

C’est la reprise de juillet, un blockbuster pré-numérique signé William Friedkin et longtemps oublié pour cause d’échec cuisant.
Dans une jungle hostile, des hommes sont chargés de convoyer deux camions chargés de nitroglycérine, prêts à exploser au moindre choc.

Contrairement au film de Clouzot, Le Salaire de la peur dont il est inspiré, Sorcerer démarre par un brillant prologue en forme de thriller urbain, trois récits tournés respectivement à Jérusalem, Paris et New York. Puis le film se recentre autour d’un forage pétrolier en république dominicaine, sur fond de domination militaire, un trou perdu où ont échoué les trois fugitifs du début.

Le production designer John Box (Lawrence d’Arabie, Le Docteur Jivago ...) a recréé un village tropical qui ressemble à l’enfer, suintant la crasse et la misère. Plus vrai que nature, et sans tomber dans la caricature.
Les deux camions, des épaves ressuscitées de la casse, s’enfoncent dans la jungle, traversent divers obstacles dont - et c’est le climax du film- un pont branlant prêt à s’effondrer, le tout dans des bourrasques de vent et de pluies apocalyptiques.

En voyant ces séquences vierges de tout effet numérique, tout dans l’image prend un réalisme et une intensité particulière : les paysages, les décors, les conditions de tournage, le jeu des acteurs...Si trucages il y eut, ils sont très loin d’occuper la place qui est la leur à présent, et on imagine le festival d’effets spéciaux que serait un remake du film aujourd’hui.

Le tournage de Sorcerer fut digne du scénario du Fitzacarraldo de Herzog, et aussi d’une autre apocalypse cinématographique, celle que Coppola commençait alors à tourner aux Philippines.

En 1977, Friedkin se trouvait au sommet, suite au succès de French connection et surtout du carton et phénomène mondial que fut L’exorciste.
Sorcerer, qui avait coûté une fortune, aurait peut-être mieux fonctionné avec des superstars (Steve McQueen fut remplacé par Roy Scheider) mais surtout, il eut la malchance de sortir une semaine après Star wars.

Devant les salles vides du film de Friedkin, les exploitants le remplacèrent très vite par celui de George Lucas qui avait fait un démarrage foudroyant.
Pour se rendre compte du phénomène, Friedkin se rendit au Chinese Theater avec sa compagne de l’époque, Jeanne Moreau. Après la projection, il lui dit : « Je ne comprends rien à ces putains de robots...peut-être qu’on a parié sur le mauvais cheval ! »
(Le nouvel Hollywood par Peter Biskind, Editions Le Cherche Midi)
Le moment était venu pour la SF, le merveilleux, et les films destinés (aussi) aux enfants.

Voyez la Master class donnée par Friedkin autour de son film maudit qui ressort aujourd’hui dans son titre original.
http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/rencontres-conferences/espace-videos/master-class-william-friedkin-propos-sorcerer,v,701.html
C’était en 2013, au festival Toute la mémoire du monde, consacré à des grands films nouvellement restaurés.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Le combat pour la survie du cinéma LA CLÉ

A voir, à lire, à écouter | 11/02/2021

Menacé d’expulsion après une fermeture officielle, le cinéma LA CLÉ situé rue Daubenton dans le 5è arrondissement de Paris est occupé et auto-géré par (...) Lire la suite

Tout un Film ! - exposition au Drawing Lab

A voir, à lire, à écouter | 18/01/2021

Le Drawing Lab – centre d’art contemporain dédié au dessin – rouvre ses portes avec une nouvelle exposition Tout un film ! Comme l’explique Joana (...) Lire la suite

Des livres en attendant la réouverture des musées

A voir, à lire, à écouter | 16/12/2020

Denis Renault nous fait partager quelques incontournables livres, en attendant la réouverture des Musées ! "Avec Le Corbusier l’aventure du (...) Lire la suite

Le tuto de Michel Gondry

A voir, à lire, à écouter | 30/11/2020

Parce qu’il s’adresse à tout le monde, sans limites d’âges et sans contraintes de moyens (ou si peu) et parce qu’il permet de s’évader en toutes (...) Lire la suite

À écouter : l’histoire sur grand écran

A voir, à lire, à écouter | 18/11/2020

En attendant de voir les cinémas, les salles de spectacles et les musées rouvrir à nouveau, et parce qu’il est toujours agréable et souvent salvateur (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net