Association des chefs décorateurs de cinéma

Katia Wyszkop en interview

En exclusivité | 28/09/2014

Saint Laurent de Bertrand Bonnello, présenté au dernier festival de Cannes, vient de sortir en salles. Katia Wyszkop en a signé les décors, en plein tournage de la série Versailles, elle répond aux questions de l’ADC.

Si vous n’aviez pas été chef décorateur (trice ?) pour le cinéma….
J’aurais été chorégraphe. La musique m’inspire des mouvements et me fait voir des images. Sinon peut-être un metier dans l’eau, l’endroit le plus propice pour rêver...

Avez-vous occupé d’autres postes au sein d’une équipe déco ?
Oui : stagiaire et assistante. Et aussi styliste pour des pubs.

Etes-vous fidèle à une méthode de travail ou chaque film est-il une remise en question ?
Oui, je crois que j’ai une méthode de travail, mais je ne saurais dire les tuyaux par lesquels ça passe. Ce n’est pas ce qu’on appelle une méthode je crois, j’ai besoin d’être inspirée par quelque chose ou quelqu’un dans l’histoire, ensuite je me construis une continuité avec des références qui peuvent être des couleurs, des visages, des objets. pleins de choses.

Une fois le scénario discuté, vous arrive-t-il selon les réalisateurs d’ être "dirigée" ou d’avoir "carte blanche" sur les décors ?
Dirigée ? C’est plus une question de choix de films pour moi. A partir du moment où je commence a travailler sur un film, j’y adhère complètement.
Il y a des réalisateurs qui ont des idées très précises de ce qu’ils veulent, j’avoue avoir du mal à être juste une exécutante, cela dit si je crois au script et à l’homme ou la femme metteur en scene je le suis, j’apporte ma pierre à l’édifice, je fais confiance.

Je travaille sur une série, Versailles. C’était "carte blanche", j’ai commencé sans réalisateur. Le XVIIème siècle est passionnant, il y a de quoi s’inspirer, c’est comme si on faisait un 3ème cycle en histoire. On a réinventé un Versailles avant Versailles avec un « épisodier » et la production.

Les producteurs de la série auraient-ils pensé à vous en raison du film Les adieux à la reine, situé à Versailles et dont les décors vous ont valu un César ?
Je ne sais pas vraiment si c’est Les adieux à la reine, le César, les autres films d’ époque. La somme de tout ça je crois.

Quelques mots sur votre collaboration (6 films) avec François Ozon ?
C’est une histoire qui s’est construite au fil des films. Il est très présent et participe beaucoup à tous les choix. C’est son tempérament, tout est sous contrôle.
Ca me va, parce que je le trouve très créatif et que les univers de chaque film sont très différents. Il aime aller au bout des idées, et nous donne la possibilité de le faire.

A propos de Saint Laurent de Bertrand Bonello. Sans être exactement un "biopic", le film montre à l’écran des lieux ayant existé. Vous fallait-il reproduire fidèlement ou bien interpréter ?
J’ai adoré faire ce film, c est un choix à 100%. Nous avons reproduit certains décors à l’identique et d’autres sont interprétés. Les appartements, les différents ateliers sont fidèles aux documents. Certains qui connaissaient les lieux nous l’ont confirmé.

Il y avait cet autre film de Jalil Lespert et nous fantasmions beaucoup sur leurs possibilités d’avoir accès à des lieux, des oeuvres et des documents. Nous n’avions que les livres et les iconographies que nous pouvions trouver sur internet ou dans les journaux 70. Au final ils ont du se sentir plus libres que nous par rapport a la réalité, puisque rien de ce qu’était l’appartement de Pierre Bergé et de Saint-Laurent rue de Babylone n’a été reconstitué pour leur film.

C’était assez désagréable cette sensation d’être dans la competition malgré nous, alors qu’au final les deux films ont des points de vue différents. Le tournage a été un moment de vie exceptionnel, avec une équipe très motivée et soudée. Je crois qu’on a tous pris beaucoup de plaisir à travailler ensemble.

Votre sentiment sur l’évolution de votre métier ou du cinéma français ?
C’est énorme comme question, on va vers une industrie avec tout ce que ça implique. Tout a changé, sauf notre engagement à faire et à aimer les films.

Un (ou plusieurs) souvenir (s) particulièrement fort depuis vos débuts ?
Mes débuts avec Maurice Pialat, la sensation d’être sur un plateau où il se passe quelque chose d’extraordinaire.
Mes plaisirs de travailler avec Ozon, Jacquot et Bonello. les rencontres avec des réalisateurs comme Assayas et Lodge Kerrigan.
L’angoisse de monter sur scène pour les César.
Le plaisir d’en avoir un.

Récemment, un film, une expo, un spectacle….qui vous a fait rêvé ?
Under the skin, le film de Jonathan Glazer, le film de Bertrand Bonello Saint Laurent et l’exposition de Bill Viola au Grand Palais.

La question manquante à laquelle vous auriez voulu répondre ?
Non, là tu exagères, un questionnaire de Proust pendant qu’on y est ?

Ecoutez Katia Wyszkop raconter Maurice Pialat, à l’occasion de l’exposition Pialat, peintre et cinéaste. Une interview réalisée par la Cinémathèque Française.


Lire aussi les autres actualités pour En exclusivité

 

Dans la brume, par Arnaud Roth

En exclusivité | 22/04/2018

Une brume toxique envahit soudainement Paris. Dans un immeuble, un couple essaye de survivre et de protéger leur fille malade, isolée du monde (...) Lire la suite

Samuel Deshors raconte les décors de Call Me by Your Name

En exclusivité | 07/03/2018

CALL ME BY YOUR NAME réalisé par Luca Guadagnino, tourné en 2016, distribué en France en 2018. SAMUEL DESHORS (ADC) est le Production designer de ce (...) Lire la suite

Au revoir là-haut par Pierre Quefféléan

En exclusivité | 10/01/2018

Au tour de PIERRE QUEFFELEAN (ADC) de revenir sur les décors de son dernier film sorti en salle, AU REVOIR LA-HAUT d’Albert Dupontel. Adapté du (...) Lire la suite

Le décor de Festen, sur la scène et à l’écran

En exclusivité | 28/11/2017

REFLEXIONS AUTOUR DE LA SCENOGRAPHIE DE FESTEN, PAR VALERIE GRALL Sur la scène de l’Odéon/Ateliers Berthier jusqu’au 22 décembre, CYRIL TESTE et le (...) Lire la suite

Jeune femme par Valérie Valéro

En exclusivité | 31/10/2017

Caméra d’Or au dernier festival de Cannes à JEUNE FEMME de Léonor Séraille. VALERIE VALERO (ADC) revient sur les décors de ce film devenu « (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

https://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

https://www.adcine.com

[(https://www.adcine.com|=={'https://www.adcine.com'}|oui) ]