Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Exposition brute

A voir, à lire, à écouter | 21/01/2014

RAWVISION, 25 ANS D’ART BRUT

Halle Saint-Pierre Paris 75018
Jusqu’au 22 août 2014

L’art brut a son temple parisien, la Halle Saint-Pierre, mini-pavillon Baltard coincé à Montmartre entre les touristes et les rouleaux de tissu vendu au mètre.

En exposant quatre-vingt artistes du monde entier, le lieu célèbre le 25ème anniversaire de Rawvision, revue basée à Londres et consacrée à l’art brut.

Après le concept d’art brut inventé par Jean Dubuffet en 1947, l’expression est devenue, inévitablement, quelque peu fourre-tout.
La revue Rawvision la décline ainsi : outsider art, neuve intention, marginal art/art singulier, folk art/contemporary folk art, self-taught art, visionary art/intuitive art, naïve art, visionary environments.

En somme, une forme d’art hors-norme, primitive, impulsive, loin des codes culturels et libre de toute "école" esthétique, pratiquée par des autodidactes, des personnes vivant en marge de la société par choix ou par contrainte ("fous", malades, exclus...)

Leurs oeuvres sont tour à tour plaisantes ou étranges, voire dérangeantes. On y voit un perception particulière « qui préfère le visionnaire au visible, la vision intérieure aux apparences du monde réel », selon Martine Luzardy, directrice de la Halle Saint-Pierre.

Elle explique ainsi l’engouement que connait actuellement l’art brut :
« Les gens sont lassés de la création contemporaine officielle, ultra conceptuelle et élitiste, pour lequel il faut avoir des codes. L’art brut est éminemment humain et nous ramène à la question du sens, (...) il nous montre la face cachée de ce que nous sommes ».

www.rawvision.com
Existe en version en ligne et imprimée.

En logo : Dalton Ghetti Alphabet Mine de crayon taillée © Halle Saint Pierre


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

Un jour, un décor #37

A voir, à lire, à écouter | 22/04/2020

SUEURS FROIDES / VERTIGO d’Alfred Hitchcock (1958) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC) : « Vertigo, cette histoire d’amour fou dont je garde en (...) Lire la suite

1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 205

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net