Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Exposition brute

A voir, à lire, à écouter | 21/01/2014

RAWVISION, 25 ANS D’ART BRUT

Halle Saint-Pierre Paris 75018
Jusqu’au 22 août 2014

L’art brut a son temple parisien, la Halle Saint-Pierre, mini-pavillon Baltard coincé à Montmartre entre les touristes et les rouleaux de tissu vendu au mètre.

En exposant quatre-vingt artistes du monde entier, le lieu célèbre le 25ème anniversaire de Rawvision, revue basée à Londres et consacrée à l’art brut.

Après le concept d’art brut inventé par Jean Dubuffet en 1947, l’expression est devenue, inévitablement, quelque peu fourre-tout.
La revue Rawvision la décline ainsi : outsider art, neuve intention, marginal art/art singulier, folk art/contemporary folk art, self-taught art, visionary art/intuitive art, naïve art, visionary environments.

En somme, une forme d’art hors-norme, primitive, impulsive, loin des codes culturels et libre de toute "école" esthétique, pratiquée par des autodidactes, des personnes vivant en marge de la société par choix ou par contrainte ("fous", malades, exclus...)

Leurs oeuvres sont tour à tour plaisantes ou étranges, voire dérangeantes. On y voit un perception particulière « qui préfère le visionnaire au visible, la vision intérieure aux apparences du monde réel », selon Martine Luzardy, directrice de la Halle Saint-Pierre.

Elle explique ainsi l’engouement que connait actuellement l’art brut :
« Les gens sont lassés de la création contemporaine officielle, ultra conceptuelle et élitiste, pour lequel il faut avoir des codes. L’art brut est éminemment humain et nous ramène à la question du sens, (...) il nous montre la face cachée de ce que nous sommes ».

www.rawvision.com
Existe en version en ligne et imprimée.

En logo : Dalton Ghetti Alphabet Mine de crayon taillée © Halle Saint Pierre


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #46

A voir, à lire, à écouter | 01/05/2020

JACKIE de Pablo Larrain (2016) Veuve depuis seulement quelques heures, Jackie Kennedy rentre à la Maison blanche. Telle une somnambule, elle (...) Lire la suite

Un jour, un décor #45

A voir, à lire, à écouter | 30/04/2020

ORDET de Carl Theodor Dreyer (1954) C’est la dernière scène de Ordet et l’incroyable est sur le point d’arriver. En 1930, dans le nord du Danemark, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #44

A voir, à lire, à écouter | 29/04/2020

LE NARCISSE NOIR / BLACK NARCISSUS de Michael Powell et Emeric Pressburger (1947) L’art du matte-painting (et de la couleur) à son sommet dans ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #43

A voir, à lire, à écouter | 28/04/2020

THÉRÈSE d’Alain Cavalier (1986) Une autre forme d’emprisonnement, volontaire cette fois, celui de la jeune Thérèse qui brûle d’entrer au couvent. Le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 205

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net