Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Bleu Monory

A voir, à lire, à écouter | 04/03/2015

RÉTROSPECTIVE JACQUES MONORY

Aux Capucins
Landerneau 29800

Jusqu’au 17 mai 2015

Les toiles de Monory ont pour titre Meurtres, Velvet Jungle, La voleuse…et pourraient s’appeler Juste avant le crime.

Le peintre, 90 ans cette année, a été marqué par l’univers du roman noir et du cinéma. Surtout le film noir américain des années 1940, ces polars de série B qui démarrent dans une ville nocturne et se terminent (mal) par une fuite désespérée sur la route, au milieu des paysages désertiques.

Dans le sillage de la Figuration narrative, Monory développe depuis les années 1960 son style unique, à partie de scènes de films qu’il vole comme des captures d’image. Il les réinterprète, les juxtapose comme on le ferait en montage, en décompose le mouvement et la chronologie. Et les voile du fameux bleu qui est devenu sa signature.

« Le bleu correspond toujours aussi à ce que j’ai toujours pensé, à savoir que le monde est cruel et que j’ai envie de le représenter comme tel. Je n’ai jamais vu la vie en rose » déclare l’artiste qui parfois remplace le bleu par le rose, celui-ci devient alors tout aussi onirique et menaçant ».

« J’ai été beaucoup plus troublé par Citizen Kane que par Véronèse. Il m’a appris beaucoup plus. (...)
Je n’aimais pas les films français, je les trouvais toujours tristes, les gens mal fringués et ressemblant trop à ceux que je croisais dans la rue.

En fait, je suis un rêveur, et seuls les films noirs américains me faisaient vraiment rêver. Dans ces films noirs, tout est dit de l’essentiel de la condition dans laquelle on vit. Ca se résume à : on vit, on s’agite et puis on meurt. »

Écrits, entretiens, récits Jacques Monory, 2014 ; Beaux-Arts de Paris Éditions.

Aux Capucins est un ancien couvent du XVIIème, devenu par la suite une filature puis une brasserie. En 1964, un certain Mr Leclerc installé à Landerneau ouvre un commerce dans le bâtiment abandonné. Aujourd’hui rénové, il abrite le Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la culture.

En haut : Elle, 6h du matin, Jacques Monory

En bas : Le samouraï de Jean-Pierre Melville (1967), un film en hommage aux films noirs américains.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Le combat pour la survie du cinéma LA CLÉ

A voir, à lire, à écouter | 11/02/2021

Menacé d’expulsion après une fermeture officielle, le cinéma LA CLÉ situé rue Daubenton dans le 5è arrondissement de Paris est occupé et auto-géré par (...) Lire la suite

Tout un Film ! - exposition au Drawing Lab

A voir, à lire, à écouter | 18/01/2021

Le Drawing Lab – centre d’art contemporain dédié au dessin – rouvre ses portes avec une nouvelle exposition Tout un film ! Comme l’explique Joana (...) Lire la suite

Des livres en attendant la réouverture des musées

A voir, à lire, à écouter | 16/12/2020

Denis Renault nous fait partager quelques incontournables livres, en attendant la réouverture des Musées ! "Avec Le Corbusier l’aventure du (...) Lire la suite

Le tuto de Michel Gondry

A voir, à lire, à écouter | 30/11/2020

Parce qu’il s’adresse à tout le monde, sans limites d’âges et sans contraintes de moyens (ou si peu) et parce qu’il permet de s’évader en toutes (...) Lire la suite

À écouter : l’histoire sur grand écran

A voir, à lire, à écouter | 18/11/2020

En attendant de voir les cinémas, les salles de spectacles et les musées rouvrir à nouveau, et parce qu’il est toujours agréable et souvent salvateur (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net