Association des chef·fe·s décorateur·rice·s de cinéma

Bleu Monory

A voir, à lire, à écouter | 04/03/2015

RÉTROSPECTIVE JACQUES MONORY

Aux Capucins
Landerneau 29800

Jusqu’au 17 mai 2015

Les toiles de Monory ont pour titre Meurtres, Velvet Jungle, La voleuse…et pourraient s’appeler Juste avant le crime.

Le peintre, 90 ans cette année, a été marqué par l’univers du roman noir et du cinéma. Surtout le film noir américain des années 1940, ces polars de série B qui démarrent dans une ville nocturne et se terminent (mal) par une fuite désespérée sur la route, au milieu des paysages désertiques.

Dans le sillage de la Figuration narrative, Monory développe depuis les années 1960 son style unique, à partie de scènes de films qu’il vole comme des captures d’image. Il les réinterprète, les juxtapose comme on le ferait en montage, en décompose le mouvement et la chronologie. Et les voile du fameux bleu qui est devenu sa signature.

« Le bleu correspond toujours aussi à ce que j’ai toujours pensé, à savoir que le monde est cruel et que j’ai envie de le représenter comme tel. Je n’ai jamais vu la vie en rose » déclare l’artiste qui parfois remplace le bleu par le rose, celui-ci devient alors tout aussi onirique et menaçant ».

« J’ai été beaucoup plus troublé par Citizen Kane que par Véronèse. Il m’a appris beaucoup plus. (...)
Je n’aimais pas les films français, je les trouvais toujours tristes, les gens mal fringués et ressemblant trop à ceux que je croisais dans la rue.

En fait, je suis un rêveur, et seuls les films noirs américains me faisaient vraiment rêver. Dans ces films noirs, tout est dit de l’essentiel de la condition dans laquelle on vit. Ca se résume à : on vit, on s’agite et puis on meurt. »

Écrits, entretiens, récits Jacques Monory, 2014 ; Beaux-Arts de Paris Éditions.

Aux Capucins est un ancien couvent du XVIIème, devenu par la suite une filature puis une brasserie. En 1964, un certain Mr Leclerc installé à Landerneau ouvre un commerce dans le bâtiment abandonné. Aujourd’hui rénové, il abrite le Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la culture.

En haut : Elle, 6h du matin, Jacques Monory

En bas : Le samouraï de Jean-Pierre Melville (1967), un film en hommage aux films noirs américains.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Deux américains à Paris

A voir, à lire, à écouter | 16/02/2020

DAVID SALLE CHEZ ROPAC, DANIEL ARSHAM CHEZ PERROTIN Deux « poids lourds » des galeries parisiennes - et internationales - présentent chacune un (...) Lire la suite

ERRATUM ! La date du prochain Ciné-club (La...

A voir, à lire, à écouter | 13/02/2020

ERRATUM ! La date du prochain Ciné-club (La Vie est un roman) est le DIMANCHE 23 FÉVRIER ! (et non en mars comme écrit dans la publication (...) Lire la suite

Du Décor à l’Ecran : hommage à Jacques Saulnier

A voir, à lire, à écouter | 11/02/2020

LA VIE EST UN ROMAN de ALAIN RESNAIS RENCONTRE avec MATTHIEU BEUTTER, FRANÇOIS THOMAS, JEAN-MARIE VIVÈS Cinéma Le Grand Action, Paris 5ème (...) Lire la suite

Exposition Martial Raysse

A voir, à lire, à écouter | 10/02/2020

« LES STATUES ! » MARTIAL RAYSSE Galerie Kamel Mennour, Paris 6e Jusqu’au 7 mars Dans la galerie de la rue du Pont de Lodi, le peintre, sculpteur (...) Lire la suite

Des « Postes et Télégraphes » à « La Poste »

A voir, à lire, à écouter | 08/02/2020

LE MUSEE DE LA POSTE TOTALEMENT RENOVÉ 34, Boulevard de Vaugirard Paris 15ème Méconnu et c’est bien dommage, ce musée a rouvert fin 2019 après 5 ans (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 188

ADC

Association des chef·fe·s décorateur·rice·s de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net