Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Deux américains à Paris

A voir, à lire, à écouter | 16/02/2020

DAVID SALLE CHEZ ROPAC,
DANIEL ARSHAM CHEZ PERROTIN

Deux « poids lourds » des galeries parisiennes - et internationales - présentent chacune un artiste américain.

DAVID SALLE
SELF-IRONING PANTS AND OTHER PAINTINGS

Galerie Thaddaeus Ropac, Paris 3ème, jusqu’au 29 février

Le peintre associe objets du quotidien à des caricatures tirées de numéros du New Yorker des années 1950. Jouant avec humour sur ces différents types d’images, il fait se téléscoper différent codes picturaux, ceux de la publicité, du Pop Art, du surréalisme et de l’expressionnisme abstrait, pour « obtenir une forme de fluidité et de surprise dans la manière dont les images se connectent, la simultanéité du montage cinématographique dans la peinture ». (David Salle, 2003)


1.
« En combinant des images apparemment sans rapport les unes avec les autres – des voitures, des aliments ou des cigarettes – David Salle joue avec l’attente esthétique du spectateur. Il attire son regard simultanément sur plusieurs éléments aux effets de style contrastés, traduisant parfois une dynamique d’accélération ou de ralentissement, entre réalisme et abstraction »
https://www.ropac.net/exhibition/self-ironing-pants-and-other-paintings

DANIEL ARSHAM
PARIS, 3020

Galerie Perrotin, Paris 3ème, jusqu’au 21 mars

En reprenant les codes scénographiques du musée traditionnel, Daniel Arsham présente une nouvelle série de bustes, de bas-reliefs et de statues qu’il a lui-même érodées. Toutes sont emblématiques de l’Antiquité classique et de la Renaissance, comme pour questionner l’intemporalité de symboles tel la Vénus de Milo ou le Moïse assis de Michel-Ange.


2.

Avec l’atelier de moulage de la Réunion des Musées Nationaux, Ashram a moulé ses pièces dans du ciment de gypse pour obtenir une réplique à l’échelle de la sculpture originale, il a utilisé des pigments naturels similaires à ceux employés par les sculpteurs classiques. Une série de dessins illustrent son processus de travail.

Crédits
1. David Salle, Shining in All Directions, 2019, oil, acrylic and charcoal on linen, 198,1 x 152,4cm, © David Salle/ADAGP 2020
2. Vue de l’exposition Daniel Ashram. Courtesy galerie Thaddaeus Ropac London, Paris, Salzburg, photo : John Berens
En vignette :
David Salle Serenade, 2019. Huile et acrylique sur toile. © David Salle/Aadagp, Paris, 2020 Courtesy Galery Thaddaeus Ropac. Photo John Berens
Daniel Ashram. Blue Calcite Eroded Moses, (details) 2019. Blue calcite, hydrostone Photo : Claire Dorn © Courtesy the artist & Perrotin


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #55 et dernière

A voir, à lire, à écouter | 10/05/2020

UN JOUR SANS FIN / GROUNDHOG DAY de Harold Ramis (1993) Et une dernière pour célébrer la fin du confinement, envoyée par Riton Dupire-Clément (ADC). (...) Lire la suite

Un jour, un décor #54

A voir, à lire, à écouter | 09/05/2020

ACROSS THE UNIVERSE de Julie Taymor (2007) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC). « Envie de partager un ovni enchanté : Across the Universe. Ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #53

A voir, à lire, à écouter | 08/05/2020

L’HOMME RICHE / LUFTBUSINESS de Dominique De Rivaz (2008) « Le bonheur de partager en trois dimensions la silhouette de l’ombre et la lumière », (...) Lire la suite

Un jour, un décor #52

A voir, à lire, à écouter | 07/05/2020

LE CASANOVA DE FELLINI / IL CASANOVA DI FEDERICO FELLINI de Federico Fellini (1976) Tourné bien entendu aux studios de Cinecittà, c’est le périple (...) Lire la suite

Un jour, un décor #51

A voir, à lire, à écouter | 06/05/2020

THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007) Toujours les grands espaces américains, cette fois le désert californien que les hommes, (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 201

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net