Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Des œuvres dans le désordre

A voir, à lire, à écouter | 01/09/2014

LE MUR
LA COLLECTION ANTOINE DE GALBERT

La Maison rouge Paris 75012
Jusqu’au 21 septembre

Original : un accrochage confié non pas à un commissaire d’exposition, mais à un logiciel. Des œuvres disposées selon la méthode de Monte-Carlo (clin d’œil aux casinos et aux jeux de hasard) mise au point par des mathématiciens.

Le fondateur et président de La Maison rouge, Antoine de Galbert, dévoile une partie de sa collection, environ un millier de peintures, dessins, photographies... en gros, tout ce qui peut s’accrocher au mur, y compris quelques sculptures.
Aucune hiérarchie chronologique ou thématique, seule une sélection aléatoire tenant compte des formats et des numéros d’inventaires.

Le résultat est une frise de 200m de long qui se déploie sur les murs et où se côtoient quelques 500 artistes : Anders Petersen, Henry Darger, Valérie Belin, Jochen Gerner, David Lynch, Eadweard Muybridge, Gilbert & George, Jan Fabre...

« L’idée de cette exposition est née de l’observation quotidienne de ma bibliothèque, où le classement alphabétique des monographies crée d’invraisemblables voisinages. Jean Dubuffet cohabite avec Marcel Duchamp sur le même rayonnage.
Cette arche de Noé me donne la sensation que tous les artistes naviguent sur le même fleuve pour les mêmes raisons
 ». (A de G)

Mieux vaut venir équipé : pas de cartels descriptifs mais une application à télécharger sur son smartphone ou sa tablette, ou bien des bornes interactives à consulter.

On peut être frustré par ce parti-pris, ou pas, comme Mikaël Demets pour TimeOut :
« Il n’est finalement, pas si gênant que ça : dans le fond, cet anonymat de façade concourt aussi à une certaine spontanéité.
En s’affranchissant des noms, on se retrouve seul face à ce magma d’œuvres brutes, guidé par notre seul œil. »

En logo :
Sculpture d’Erwin Wurm : Home, 2006. Adagp, 2014.
Courtesy La Maison Rouge
.

Pour ceux qui ne connaittraient pas La Maison rouge, cette fondation d’art contemporain est installée depuis 10 ans dans une ancienne usine construite autour d’un pavillon d’habitation et de ses cours.

Le restaurant renouvelle chaque saison son décor avec des prototypes spécialement créés ou des objets chinés. Ne pas manquer de passer à sa librairie spécialisée dans l’art contemporain, à 2 pas, au 10 bis du Bvd de la Bastille.


Photos Marc Domage


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Aline Bonetto, décoratrice de film

A voir, à lire, à écouter | 10/07/2020

ALINE BONETTO INTERVIEWÉE dans le Carrefour du blog Siritz « J’ai sculpté ce métier de décoratrice autant qu’il m’a façonné » explique Aline Bonetto (...) Lire la suite

Les producteurs aussi ont leur Ciné-Club

A voir, à lire, à écouter | 19/06/2020

TANDEM de PATRICE LECONTE (1987) RENCONTRE AVEC PHILIPPE CARCASSONE Dimanche 28 Juin à 16h30 Le Grand Action, Paris 5ème Les séances reprennent, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #55 et dernière

A voir, à lire, à écouter | 10/05/2020

UN JOUR SANS FIN / GROUNDHOG DAY de Harold Ramis (1993) Et une dernière pour célébrer la fin du confinement, envoyée par Riton Dupire-Clément (ADC). (...) Lire la suite

Un jour, un décor #54

A voir, à lire, à écouter | 09/05/2020

ACROSS THE UNIVERSE de Julie Taymor (2007) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC). « Envie de partager un ovni enchanté : Across the Universe. Ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #53

A voir, à lire, à écouter | 08/05/2020

L’HOMME RICHE / LUFTBUSINESS de Dominique De Rivaz (2008) « Le bonheur de partager en trois dimensions la silhouette de l’ombre et la lumière », (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net