Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

"Cette collection ressemble à un grand collage…"

A voir, à lire, à écouter | 13/06/2015

UN REGARD SUR LA COLLECTION AGNÈS B

LaM Lille Métropole
59650 Villeneuve d’Ascq


Jusqu’au 23 août 2015

Agnès b a commencé à collectionner au milieu des années 1980, au moment où elle ouvrait sa galerie d’exposition rue du Jour, dans le quartier des Halles.
Depuis, elle a réunit des œuvres disparates qui représentent les tendances émergentes de l’art de la fin du XXème à aujourd’hui.

Prenez les grands noms de cette période en peinture, sculpture, dessin, photographie, vidéo...ils sont tous là, ou presque, certains accompagnés par la styliste depuis leurs débuts.

Jean-Michel Basquiat, Jean-Charles Blais, Manuel Alvarez Bravo, Tobias Buche, Futura, Hervé Guibert, Simon Hantaï, Julien Langendorff, Claude Lévêque, Helen Levitt, Ryan McGinley, Ryan McGuiness, JonOne, Nan Goldin, Weegee, Douglas Gordon (qu’elle a dirigé dans son long-métrage réalisé en 2013, Je m’appelle Hmmmm) et bien d’autres.

Quel est le fil conducteur de cette collection ?
« D’abord, je fais confiance à mon instinct et j’achète avec mon coeur. Mais finalement, tous ces coups de cœur composent une collection très cohérente, qui possède beaucoup d’humanité. Il y a beaucoup de portraits, d’enfants, d’adolescents (...)
Ensuite, je fonctionne par affinités électives, selon la définition de Goethe. Chaque image est liée à une autre pour une raison ou pour une autre. Finalement, cette collection ressemble à un grand collage.
 »
Agnès b
Entretien du 10/06/2015 par Sabrina Silamo pour Telerama.fr

Une autre raison d’aller au LaM, Lille métropole musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut - d’abord appelé Musée d’Art moderne de Villeneuve-d’Ascq - est son architecture en deux temps.


Le batiment d’origine a été inauguré en 1983, dans un bâtiment en béton et briques conçu par l’architecte Roland Simounet, et aujourd’hui aujourd’hui classé par les Monuments historiques.
Une extension a été ouverte en 2010, signée Manuelle Gautrand. De conception plus organique, les façades côté parc sont couvertes d’une résille de béton fibré. Le tout donne sur un parc où sont exposées des sculptures à ciel ouvert.

En logo : Warhol James Dean Look-alike, 1957 (détail)
Collection Agnès b.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #43

A voir, à lire, à écouter | 28/04/2020

THÉRÈSE d’Alain Cavalier (1986) Une autre forme d’emprisonnement, volontaire cette fois, celui de la jeune Thérèse qui brûle d’entrer au couvent. Le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net