Association des chefs décorateurs de cinéma

Alain Veissier en interview

En exclusivité | 02/03/2014

Troisième collaboration d’Alain Veissier, chef décorateur, avec Dany Boon, réalisateur, Supercondriaque est sur les écrans et c’est l’occasion d’une interview avec un des fondateurs de l’ADC.

Le déclic qui vous a amené au décor de cinéma ?
Le décor, je suis tombé dedans quand j’étais tout petit : bricoler les univers, améliorer ma réalité. Scolarité buissonnière puis études de scénographie de théâtre au sein de l’Ecole de la rue blanche qui vont favoriser ma rencontre avec Guy-Claude François me proposant un stage sur le décor de Molière, le film d’Ariane Mnouchkine.

Stage qui se prolonge durant 6 mois, un décor immense, une aventure humaine, un rêve éveillé. Après ce genre d’entrée en matière, aucune raison de descendre du train.

Pour vous, le passage d’assistant à chef décorateur : une évidence ? une étape difficile ?
J’ai très vite travaillé comme chef décorateur sur des séries télé, des pubs, un premier long métrage d’époque réalisé par Robert Enrico. L’insolence de la jeunesse, cela m’a permis de connaitre mes manques, financiers et relationnels majoritairement.

Ensuite, un retour à l’assistanat avec d’excellents professeurs dont Jean Pierre Kohut-Svelko et Thierry Flamand, me permettant l’accès aux gros projets et à des œuvres de qualité, puis repartir avec un grand plaisir, satisfaire mes personnelles aspirations esthétiques.
A refaire, je ne change rien, un coup de dé...

Comment exprimez-vous vos intentions de décor ?
Une première lecture, comme si je n’ai rien à y faire, je laisse macérer et puis reprise, méthode et entretiens avec le metteur en scène, quelques références photos et les repérages.

Si un film c’est une histoire, les décors, c’est de la préparation et ce sont les repérages, il ne faut pas les rater et on en jamais assez. La préparation d’un film est pour moi la phase importante, le petit comité que l’on forme avec l’assistant mise en scène, le metteur, le chef opérateur, le cadreur, un moment très intime lorsque la confiance règne.
Après, dessins, plans, maquettes, budget...L’inspiration première est avant tout de l’observation, je suis assez contemplatif.

Comment composez-vous votre équipe déco ? Y a-t-il un ou plusieurs postes "clé" ?
Une sorte de grand orchestre. Tout le monde avec sa partition à jouer, je me pose toujours la question de l’utilité du type en jaquette avec sa badine à la main.

Mon tiercé par ordre d’importance c’est un assistant pour le budget, les avis échangés, la modération, puis l’ensemblier(ère) pour les cerises sur le gâteau, et la patine ou la peinture, lorsque on aime intervenir vraiment sur un décor.
Une mention spéciale à l’accessoiriste de plateau, qui souvent reste le seul représentant de la déco sur le tournage.

Selon vous, quelle serait la formation idéale pour devenir chef décorateur ?
Commencer par travailler dans un cirque, animer des ateliers pour enfants, voyager, apprendre des langues étrangères, observer, restituer, apprendre à compter, oublier les diplômes et les distinctions, rester humble.

Et se proposer, prendre tout les stages, sans oublier que le film que l’on fabrique est le film d’une personne nommée metteur en scène et que l’on n’est pas là pour faire sa propre exposition - sauf si on vous y autorise.

Vos expériences à l’étranger ?
Les tournages à l’étranger, j’en raffole, c’est une sorte de formation professionnelle continue, avec ses bonnes (et parfois mauvaises) surprises.
Le sentiment, souvent, d’être au-delà du film sur lequel je travaille, transporté dans un autre univers que même l’équipe du film ne croisera jamais, de par notre implication dans les préparatifs d’un tournage, où l’on est le plus au centre de la fabrication.

Un film, une exposition, un spectacle…qui vous a marqué récemment ?
Mon panthéon cinématographique :
La Strada de Fellini, Blade runner de Ridley Scott, La nuit du chasseur de Charles Laughton, Le Magnifique de Philippe de Broca.

Pour l’actualité, les cérémonies des JO de Sochi pour l’inventivité inclassable de ce genre d’événements ; Le film A touch of sin de Jia Zhangke, l’expo Raw vision à la Halle St Pierre ; la lumière de Marc Ping Bing Lee et les décors de Benoît Barouh pour le film Renoir ; le livre Le chardonneret de Donna Tartt.

Sur votre dernier film avec Dany Boon, Supercondriaque, quel moment vous a donné le plus de satisfaction ?
C’est d’avoir été assez convaincant pour amener un tournage d’appartement prévu sur 12 jours ou nuits en décor naturel, pour finir construit en studio avec tous les avantages, lumières, scénographie adaptée au scénario, découvertes à la carte.
Inscrire, en quelques transformations, un autre décor de cabinet médical, dans le même lieu justifié (car même avec des moyens, on vous demande de faire des économies...).

….et le moment le plus stressant ?
Un décor de quai portuaire avec cargo, tournage sur cinq jours et pas de cargo !
On apprend plein de choses sur le fret international maritime, la taille, le poids, le montant de la location, on rencontre des marins abandonnés, des bateaux fantômes, des armateurs méfiants, et puis miracle, on a un bateau, il arrive et on tourne demain !

Avez-vous souvent tourné aux studios de Bry-sur-Marne ? Quelques mots sur leur fermeture annoncée ?
J’ai y construit les décors de Coluche et préconstruit ceux de Rien a déclarer, entre autres... et après avoir fait des milliers de km pour travailler aux studios d’Arpajon, craché dans la poussière des studios d’Epinay et tenté d’aménager des friches industrielles, je peux dire que c’est l’outil le plus adapté que possède le cinéma français qui est menacé de disparaître.
Cela pour des raisons mercantiles qui mériteraient d’être creusées.

J’espère que la pétition que nous soumettons pourra infléchir la donne, à l’instant ou le crédit d’impôt et la convention collective s’appliquent, nous aurons besoin de ce type de studio pour exercer.

La question manquante à laquelle vous auriez voulu répondre (et sa réponse, éventuellement…
Celle qu’on n’ose pas me poser : t’as pris cher pour faire le film de Dany Boon ?
Le tarif de base de chef déco majoré de 15%.


Lire aussi les autres actualités pour En exclusivité

 

Wouter Zoon, décorateur de "Bécassine"

En exclusivité | 13/07/2018

Nouvelle adaptation d’une BD française, Bécassine, créée en 1905 et actuellement au cinéma. Réalisée par Bruno Podalydès, les décors sont de WOUTER ZOON. (...) Lire la suite

Dans la brume, par Arnaud Roth

En exclusivité | 22/04/2018

Une brume toxique envahit soudainement Paris. Dans un immeuble, un couple essaye de survivre et de protéger leur fille malade, isolée du monde (...) Lire la suite

Samuel Deshors raconte les décors de Call Me by Your Name

En exclusivité | 07/03/2018

CALL ME BY YOUR NAME réalisé par Luca Guadagnino, tourné en 2016, distribué en France en 2018. SAMUEL DESHORS (ADC) est le Production designer de ce (...) Lire la suite

Au revoir là-haut par Pierre Quefféléan

En exclusivité | 10/01/2018

Au tour de PIERRE QUEFFELEAN (ADC) de revenir sur les décors de son dernier film sorti en salle, AU REVOIR LA-HAUT d’Albert Dupontel. Adapté du (...) Lire la suite

Le décor de Festen, sur la scène et à l’écran

En exclusivité | 28/11/2017

REFLEXIONS AUTOUR DE LA SCENOGRAPHIE DE FESTEN, PAR VALERIE GRALL Sur la scène de l’Odéon/Ateliers Berthier jusqu’au 22 décembre, CYRIL TESTE et le (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

https://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

https://www.adcine.com

[(https://www.adcine.com|=={'https://www.adcine.com'}|oui) ]