Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Accessoiriste de plateau : le livre

A voir, à lire, à écouter | 01/12/2014

DEVENIR ACCESSOIRISTE DE CINÉMA
par SIMON TRIC

Eyrolles, 2014 154p.

En exclusivité, une mini-interview de Simon Tric, accessoiriste et membre de l’AFAP*, à propos de la parution de Devenir accessoiriste de cinéma. Le b.a.-ba et plus encore sur l’un des métiers de l’ombre du cinéma et du décor.
Il y évoque le quotidien de la profession, les techniques et les outils, les relations avec les autres membres de l’équipe, il donne aussi des pistes sur comment débuter dans le métier.

Pourquoi et comment ce livre ?
Il n’existait pas vraiment de site ou d’ouvrage dédié au métier d’accessoiriste, je me suis dit pourquoi ne pas essayer de faire le tour de la question...
Dès le début, je ne voulais pas faire un manuel pratique, uniquement composé de schémas et d’explications techniques ; il me semblait intéressant d’aborder le sujet du côté de l’humain et du relationnel, du récit plus que du côté des objets, des manipulations et des suites d’exemples.

En décembre 2013, j’ai proposé à quelques éditeurs un plan général avec une vingtaine de pages rédigées, et j’ai eu la chance qu’Eyrolles souhaite compléter ses ouvrages consacrés aux métiers du cinéma (Collection Ciné métiers).

Quel a été votre parcours jusqu’à accessoiriste de plateau ?

Aux Beaux-arts de Lyon, j’ai obtenu le DNSEP en 1991, axé davantage sur la photographie que la peinture, la sculpture ou le cinéma. Je travaillais en parallèle sur des spectacles, et j’ai rencontré l’équipe de l’atelier Passe-Muraille qui réalisait à Lyon la scénographie du musée de la Résistance et de la Déportation, conçue par Guy-Claude François.

J’ai continué à travailler en peinture sur quelques long-métrages, notamment dans l’équipe d’Alain Frentzel. En même temps, je commençais à être accessoiriste en 1995 depuis qu’un réalisateur, Paolo Barzman, pour qui je préparais en assistant Valérie Valéro une série en Martinique, m’avait demandé (en insistant !) d’être accessoiriste.
Mon inexpérience ne l’ayant pas rebuté, je suis parti dans l’aventure. Par la suite, j’ai privilégié ce poste dans mes recherches de contrats.

Les qualités indispensables de l’accessoiriste de plateau ?

Chacun occupe le plateau à sa manière, et on oscille entre des qualités un peu contradictoires : rapide et appliqué, concentré et disponible, présent et discret... L’essentiel je crois, c’est d’être attentif et de rester curieux.

Depuis vos débuts dans le cinéma, un souvenir marquant ? Un film pour lequel les accessoires constituaient un vrai challenge ?
Je me suis interrogé sur la mention d’anecdotes, de souvenirs personnels dans le livre... je n’en ai pas mis. Chaque tournage est l’occasion de situations particulières, autant liées à des objets qu’à des gens. En faire l’inventaire ne m’a pas semblé si intéressant ou instructif que ça.
Pour l’accessoiriste, le moment où se présente un vrai challenge, c’est justement quand personne ne l’a prévu, et cela peut porter sur un truc assez dérisoire, comme la fixation d’un tableau sur un mur fragile... C’est pas très spectaculaire !

Après, travailler avec des réalisateurs particulièrement attentifs aux accessoires, comme Michel Leclerc ou Pascal Thomas pour ne citer qu’eux, c’est toujours assez motivant.
Et fabriquer un œil de mouton artificiel, comestible et crédible pour le film d’Ernesto Oña a été un exemple de petit défi sympathique.
Mais tous les réalisateurs et tous les comédiens accordent, à un moment ou à un autre, une importance particulière à l’accessoire. C’est là que tout peut arriver !
.
* AFAP : Association française des accessoiristes de plateau


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

Un jour, un décor #37

A voir, à lire, à écouter | 22/04/2020

SUEURS FROIDES / VERTIGO d’Alfred Hitchcock (1958) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC) : « Vertigo, cette histoire d’amour fou dont je garde en (...) Lire la suite

1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 205

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net