Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Matthew Barney s’incruste à la BnF

A voir, à lire, à écouter | 29/10/2013

LA CHAMBRE DE SUBLIMATION,
DESSINS DE MATTHEW BARNEY

et
LE CYCLE CREMASTER

Bibliothèque nationale de France, Paris 75013
Jusqu’au 5 janvier 2014.

A la BnF, les expos font le grand écart. D’un côté Astérix et ses gauloiseries, de l’autre Mathew Barney, ex-performer acrobate et transformiste, aujourd’hui auteur d’une œuvre aussi étrange qu’ésotérique ou le mythe côtoie le transgenre.

La chambre de sublimation, c’est 80 dessins réalisés par Matthew Barney entre 1988 et 2011, des storyboards et croquis liés à ses films ou installations.
Certains sont présentés dans des vitrines sculptures conçues exprès pour l’occasion et qui intègrent « des œuvres exceptionnelles de la BnF, tels que des manuscrits enluminés médiévaux, des papyrus, des gravures (...) ainsi que des livres alchimiques rares et précieux, dans une démarche artistique inédite qui bouleverse la présentation traditionnelle des documents et transforme chaque vitrine en une œuvre originale ».
http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.matthew_barney.html

Une démarche maintenant devenue courante, celle d’un musée ou d’une institution patrimoniale qui s’amuse à confronter ses collections à l’univers d’un artiste contemporain.

Projections du cycle Cremaster
Du 4 au 17 décembre.

Dans les deux nouvelles salles de la Bibliothèque François-Mitterrand, le cinéma MK2 présentera The Cremaster cycle, plus de 8 heures de films divisés en 5 parties, produites et réalisées par Matthew Barney entre 1994 et 2002. Il y apparait lui-même, de même que Richard Serra, Norman Mailer ou Ursula Andress !!!

Plus blockbuster expérimental que vidéo d’artiste, cette œuvre onirique qui fascine ou laisse dubitatif (c’est selon...) est une succession d’images de créatures mutantes, d’étranges matières organiques et de décors démesurés.
On n’est pas loin de Greenaway ou Cronenberg, parfois même de Kubrick, avec une dose de kitsch musical hollywoodien.

Actuellement, Barney réalise une série de sept vidéos, River of Fundament, d’après un roman de Norman Mailer. Cette fois, il utilise un scénario et des acteurs professionnels.

© Matthew Barney. Courtesy Gladstone Gallery, New York and Brussels.


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #42

A voir, à lire, à écouter | 27/04/2020

LE POINT DE NON-RETOUR / POINT BLANK de John Boorman (1967) C’est une vraie prison abandonnée qui sert de décor à la première séquence de Point (...) Lire la suite

Un jour, un décor #41

A voir, à lire, à écouter | 26/04/2020

UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2009) Le "pitch" : une fois arrivé en Centrale, le jeune Malik tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers (...) Lire la suite

Un jour, un décor #40

A voir, à lire, à écouter | 25/04/2020

IRMA LA DOUCE de Billy Wilder (1963) Un café-tabac du quartier des Halles reconstitué à Hollywood par un hongrois ayant passé une grande partie de (...) Lire la suite

Un jour, un décor #39

A voir, à lire, à écouter | 24/04/2020

PLAYTIME de Jacques Tati (1967) C’est l’ouverture du restaurant le "Royal Garden". Parmi les clients qui se pressent, un groupe de touristes (...) Lire la suite

Un jour, un décor #38

A voir, à lire, à écouter | 23/04/2020

AMERICAN GIGOLO de Paul Schrader (1980) Richard Gere, prostitué de luxe à Los Angeles, roulant en Mercedes décapotable au son de "Call Me" par (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net