Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

La "Vegetable Table" de Stéphane Makédonsky

A voir, à lire, à écouter | 09/10/2010

La "Vegetable Table" de Stéphane Makédonsky
à voir à la Galerie Antonine Catzéflis 23, rue Saint-Roch 75001 Paris
Tél. 01 42 86 02 58. Du mardi au samedi ou sur RV. à partir du lundi 11 Octobre !

A voir cette table, long rectangle déployant sa ligne graphique dans un mètre cube de ce bois précieux qu’est l’ébène de macassar sur un piètement à base de calebasses serties d’animaux et de végétaux en bronze, on pourrait la croire élément de décor du film de Joseph von Sternberg "L’impératrice rouge" ou de celui de Jean Cocteau "La Belle et la Bête".
Et cinématographique, cette pièce d’exception l’est assurément en raison de la personnalité de son créateur, Stéphane Makédonsky, décorateur pour le théâtre et le septième art depuis plus de deux décennies. A ceci près que même sans l’apport des sunlights sous lesquels le carton pâte fait illusion, ce meuble demeure hallucinant de perfection.
Trois mois de travail pour la monter, six mois de fabrication des bronzes et des serrures, vingt neuf moules et cent seize pièces de bronze, se sont avérés nécessaires à celui né en 1957 à Paris et diplômé en musicologie et cinéma de l’université de Vincennes pour donner vie à cette table ou, plutôt, à cet OVNI de design à la fois baroque, végétal, animal, ethnique.

La folie du détail !

Fils d’architecte auprès desquels il acquiert une vision précise des lignes et des volumes, formé à l’aune exigeante du grand Hilton Mc Conico, Makédonsky fait montre dans ce projet un peu fou d’une maestria identique à celle de designers aussi prestigieux qu’Emile Ruhlmann, Dupré-Lafon ou Jean-Michel Frank. A leur exemple, il a pris le temps de s’entourer des meilleurs artisans pour obtenir ce luxe dans les détails et cette précision de finitions permettant au bronze de se faire dentelle, aux calebasses ornant les quatre pieds de trouver une stabilité par l’intégration de billes de verre et aux figures et cucurbitacées sculptées de prendre vie de manière saisissante.
Une magistrale leçon d’ébénisterie mettant littéralement knock out le temps et l’espace menée avec la complicité de la galeriste Antonine Catzéflis. Régulièrement, celle-ci lui demande de réaliser des pièces sur commande, dont cette table. Courez l’admirer avant qu’elle ne rejoigne l’antre secret d’un collectionneur pour qui celle-ci est destinée.
Article parut dans le magasine “Ze Maga’sine” Relais d’idée et d’influence.(Mai 2010)





























Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #55 et dernière

A voir, à lire, à écouter | 10/05/2020

UN JOUR SANS FIN / GROUNDHOG DAY de Harold Ramis (1993) Et une dernière pour célébrer la fin du confinement, envoyée par Riton Dupire-Clément (ADC). (...) Lire la suite

Un jour, un décor #54

A voir, à lire, à écouter | 09/05/2020

ACROSS THE UNIVERSE de Julie Taymor (2007) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC). « Envie de partager un ovni enchanté : Across the Universe. Ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #53

A voir, à lire, à écouter | 08/05/2020

L’HOMME RICHE / LUFTBUSINESS de Dominique De Rivaz (2008) « Le bonheur de partager en trois dimensions la silhouette de l’ombre et la lumière », (...) Lire la suite

Un jour, un décor #52

A voir, à lire, à écouter | 07/05/2020

LE CASANOVA DE FELLINI / IL CASANOVA DI FEDERICO FELLINI de Federico Fellini (1976) Tourné bien entendu aux studios de Cinecittà, c’est le périple (...) Lire la suite

Un jour, un décor #51

A voir, à lire, à écouter | 06/05/2020

THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007) Toujours les grands espaces américains, cette fois le désert californien que les hommes, (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 201

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net