Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Frédéric Mitterrand interpellé par le cinéma français

Actualités professionnelles | 11/09/2010

Frédéric Mitterrand interpellé par le cinéma français

Vendredi 10 Septembre 2010 13:19 au“Le Film Français”

mitterrand_jbourguet

Dans une tribune publiée aujourd’hui dans Libération, les représentants du Club des 13 - la cinéaste Pascale Ferran, les producteurs Patrick Sobelman et Denis Freyd, et l’exportateur François Yon-, rejoints par plus de 80 personnalités du cinéma indépendant, dans toute sa diversité, demandent au ministre de la Culture et de la Communication la signature des décrets relatifs aux réformes sur les phases d’écriture et de la production, attendues depuis de très longs mois…

La lettre rappelle d’abord qu’en février 2009, Christine Albanel, alors ministre de la Culture, avait acté l’intégralité des réformes issues du groupe de travail mis en place par le CNC à partir des propositions du Club des 13 sur l’écriture et la production de films.

Elle revient aussi sur le processus qui avait précédé cette décision : l’accord était l’aboutissement de 24 mois de travail, après que le Club des 13 avait publié un rapport fédérant plus de 300 signataires, suivi de la mise en place d’un groupe de travail au CNC qui avait lui-même abouti à un train de réforme accepté par les professionnels.

Ces mesures portaient sur quatre points rappelés dans la tribune :

- une meilleure redistribution du fonds de soutien automatique production qui, en renforçant la solidarité entre les films à gros succès et les autres, devrait en partie endiguer l’économie à deux vitesses du cinéma français.

- une revalorisation de la place du producteur délégué – qui est à l’initiative du film et en porte la responsabilité de bout en bout – par une augmentation de la part du soutien automatique qui lui est réservée, ce qui lui offre de plus grandes capacités de réinvestissement sur les films entrepris.

- une revalorisation du travail d’écriture par une forte incitation envers les producteurs à mieux payer les auteurs et à s’engager dès le début du processus.

- une augmentation à venir de la dotation de l’avance sur recettes et un élargissement du spectre des montants, en fonction du budget et des financements du film aidé.

Les décrets nécessaires devaient être rédigés et publiés dans les six mois, et le CNC, démarrer la deuxième phase de réflexions autour des mandats de commercisalisation des films (salle, édition vidéo, VOD et export).

Les signataires expliquent que le CNC a "fait le choix de modifier le calendrier" et de lier la mise en œuvre de ce premier train de réforme à un autre sujet : l’aboutissement d’un accord sur les relations auteurs-producteurs, issu du rapport Bonnell.

Ce groupe Bonnell est aujourd’hui "dans l’impasse", deux accords concurrents ayant été signés avant l’été, l’un entre l’API, la SACD, la Scam et l’UGS, l’autre entre l’APC, l’UPF et le Sfaal. "Deux textes concurrents ont vu le jour et le CNC, pourtant à l’origine du processus, n’est pas en mesure de faire jouer sa position d’arbitre, les conclusions du groupe ayant vocation à faire l’objet d’un accord interprofessionnel signé sans la tutelle.

"Entre-temps, dix-huit mois ont passé. Et aucun des problèmes mis à jour par le rapport du Club des 13 n’a été résolu. Si l’on en croit les alertes répétées des distributeurs indépendants, la situation, en ce qui concerne leur secteur d’activité, s’est même dégradée. Il y a donc la plus grande urgence à agir."

Quand le groupe issu du Club des 13 a rencontré Frédéric Mitterrand en février, celui-ci a, selon eux, "confirmé" qu’il tiendrait rapidement les engagements pris par son prédécesseur. "Pourtant, de nouveau, six mois plus tard, la situation n’a pas évolué. Nous ne comprenons pas les raisons précises de cette inertie. Mais nous voyons bien les conséquences désastreuses que le report sine die de ces réformes aurait pour la profession toute entière et la légitime méfiance envers les autorités de tutelle qui en résulterait de la part de tous ceux qui y ont cru avec nous."

Les signataires réitèrent donc solennellement leur demande.

SDr

La lettre, rédigée par Pascale Ferran, Denis Freyd, Patrick Sobelman et François Yon, est signée par plus de 80 personnalités, auteurs, réalisateurs, producteurs ou distributeurs : Mathieu Amalric, Jacques Audiard, Lucas Belvaux, Jacob Berger, Patrick Mario Bernard, Catherine Breillat, Stéphane Brizé, Bertrand Bonello, Laurent Cantet, Marc Cholodenko, Benoît Cohen, Claire Denis, Arnaud Desplechin, Christine Dory, Jean-Pierre Duret, Olivier Gorce, Gérald Hustache-Mathieu, Sam Karmann, Jan Kounen, Philippe Leguay, Jean-Xavier de Lestrade, Philippe Lioret, Olivier Lorelle, Noémie Lvovsky, Gilles Marchand, Christine Miller, Claude Miller, Valérie Minetto, Orso Miret, Nadir Moknèche, Dominik Moll, Safy Nebbou, Christophe Otzenberger, Nicolas Philibert, Bruno Podalydès, Jean-Paul Rappeneau, Jacques Rivette, Agnès de Sacy, Pierre Schoeller, Céline Sciamma, Jérôme Soubeyrand, Gilles Taurand, Pierre Trividic, Cécile Vargaftig, Marie Vermillard, Thomas Vincent et Alain Attal (Les Productions du Trésor), Gaëlle Bayssière (Everybody on Deck), Caroline Benjo et Carole Scotta (Haut et Court), Jacques Bidou (JBA Production), Francis Boespflug, Olivier Bourbeillon (Paris-Brest Production), Frédéric Bourboulon (Little Bear), Philippe Carcassonne (Ciné-@), Pascal Caucheteux et Grégoire Sorlat (Why Not Productions), Antoine de Clermont-Tonnerre (Mact Productions), Bertrand Faivre (Le Bureau), Michael Gentile (The Film), Bertrand Gore et Nathalie Mesuret (Blue Monday Productions), Alain Guesnier (Agora Films), Alexandra Henochsberg (Ad Vitam), Jean Labadie (Le Pacte), Serge Lalou (Les Films d’Ici), Kristina Larsen (Les Films du Lendemain), Jean-Louis Livi (Film par Film), Arnaud Louvet (Aeternam Films), Richard Magnien (MAT Films), Martine Marignac (Pierre Grise Productions), Philippe Martin et David Thion (Les Films Pelléas), Manuel Munz (Les Films Manuel Munz), Sylvie Pialat (Les Films du Worso), Antoine Rein (Delante Films), Alain Rocca (Lazennec Production), Christophe Rossignon (Nord-Ouest Films), Gilles Sacuto (TS Productions), Michel Saint-Jean (Diaphana), Gilles Sandoz (Maïa Cinéma), Marianne Slot (Slot Machine), Maurice Tinchant (Pierre Grise Productions), Gilles-Marie Tiné (Arcapix), Fabienne Vonier (Pyramide Films), Edouard Weil (Rectangle Productions)


Lire aussi les autres actualités pour Actualités professionnelles

 

Lettre ouverte des associations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel aux syndicats de producteurs

Actualités professionnelles | 09/07/2020

http://www.adcine.com/IMG/png/lettres_aux_producteurs.png Lire la suite

Le développement durable sur les tournages

Actualités professionnelles | 16/06/2020

Michel Barthelemy nous parle du développement durable sur les tournages. Voici un lien vers l’interview sur Siritz.com. (...) Lire la suite

LE 22 JUIN, les cinémas rouvrent leurs portes !

Actualités professionnelles | 06/06/2020

L’annonce est tombée la semaine dernière. Fermées depuis le 14 mars à minuit, les salles de cinéma pourront rouvrir à partir du lundi 22 juin. A part (...) Lire la suite

RIP DENIS LEDOYEN

Actualités professionnelles | 01/06/2020

C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons et partageons le décès de Denis Ledoyen. Après un début de carrière professionnelle comme (...) Lire la suite

Lettre ouverte des associations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel à la ministre du Travail Muriel Pénicaud

Actualités professionnelles | 25/04/2020

Lettre ouverte des associations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel à la ministre du Travail Muriel Pénicaud Partout en France, le 23 (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 86

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net