Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Décor : révisez vos classiques (2)

A voir, à lire, à écouter | 09/08/2013

LA FILLE DE RYAN, DAVID LEAN (1970)
Avec Sarah Miles, Robert Mitchum.
Décors de Stephen Grimes

En salles à partir du 15 août.

La fille de Ryan, un film à moitié oublié de David Lean, contrairement à ses autres derniers titres, (presque) tous des succès planétaires multi oscarisés. Evidemment, comment faire mieux que ses trois prédécesseurs, Le Pont de la rivière Kwai, Lawrence d’Arabie et Le Docteur Jivago, super-productions aux paysages exotiques et aux mélodies de Maurice Jarre durablement vissées dans nos têtes ?

Ici, pas de bataille épique, pas de figurants à perte de vue, encore moins de jungle birmane, de désert saharien ou de Russie enneigée. Juste un modeste village perdu dans la lande irlandaise et une longue plage aux falaises tombant à pic. Un cadre tout de même grandiose pour une histoire toute simple : l’éternel triangle amoureux, soit une jeune épouse « bovarienne » et insatisfaite, un mari tranquille et cocufié (Mitchum, à contre-emploi) et un jeune et joli officier traumatisé par la guerre, le tout sur fond de conflit anglo-irlandais en 1916.

Au chef opérateur Freddie Young, le réalisateur demanda « quelque chose de magnifique. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais il faut émouvoir les gens jusqu’aux tréfonds !... J’espère que ce film irlandais va nous permettre de montrer que nous pouvons faire autre chose. Du sordide va côtoyer un romantisme splendide. A certains moments, il faudra exprimer la volupté d’une pensée érotique ».

Le résultat ? Un sommet du romantisme comme rarement le cinéma a osé en produire. Comme à leur habitude, Lean et Maurice Jarre sont inspirés par les grands paysages et les (grands également) sentiments amoureux, magnifiés aussi par les couleurs des costumes.

Côté décor, le village et ses quarante maisons fut construit, puis détruit, sur la péninsule isolée de Dingle (régulièrement, des touristes cherchent vainement à le visiter). Pendant l’année que dura le tournage, l’équipe passa la plupart de son temps à attendre le bon rayon de soleil, ou la pluie raccord, ou une tempête suffisamment déchainée, allant même jusqu’à se déplacer en Afrique du sud pour chercher des plages semblables à celles de l’Irlande. On en trouva de quasi identiques, si ce n’est la couleur du sable et des rochers, mais qu’importe, ils furent repeints pour le film !

La météo fut si peu favorable, et le réalisateur comme à son habitude si perfectionniste, qu’un décor de forêt idyllique, lieu des amours illicites, dut être construit dans une salle de bal d’un village voisin improvisée en studio

Son décorateur habituel (John Box) étant indisponible, Lean fit appel à Stephen Grimes, « simple » art director sur Lawrence d’Arabie, et par ailleurs l’auteur des décors des films de John Huston (période années 1960) et de Sydney Pollack.

Attention, la durée du film est de 3h40 (il paraît pourtant deux fois moins long), les images en 2,35. Conclusion : vision en salle obligatoire !


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #27

A voir, à lire, à écouter | 12/04/2020

L’ANNÉE DERNIÈRE À MARIENBAD d’Alain Resnais (1960) D’autres couloirs d’hôtels, là encore des lieux de confinement physique et mental auxquels le (...) Lire la suite

Un jour, un décor #26

A voir, à lire, à écouter | 11/04/2020

SHINING / THE SHINING de Stanley Kubrick (1980) On ne présente plus ce couloir d’hôtel et cette moquette à motifs en pentagone, la plus célèbre du (...) Lire la suite

Un jour, un décor #25

A voir, à lire, à écouter | 10/04/2020

LA NUIT DU CHASSEUR / NIGHT OF THE HUNTER de Charles Laughton (1955) John et Pearl ont descendu la rivière pour échapper aux griffes du sinistre (...) Lire la suite

Un jour, un décor #24

A voir, à lire, à écouter | 09/04/2020

SNOWPIERCER de Bong Joon-Ho (2013) C’est bien connu, le train s’est souvent révélé le décor idéal pour un huis-clos cinématographique - pensez à Agatha (...) Lire la suite

Un jour, un décor #23

A voir, à lire, à écouter | 08/04/2020

THE ROCKY HORROR PICTURE SHOW de Jim Sharman (1975) Après Tarkovski, virage à 180°. « The Rocky Horror Picture Show est sorti en 1975, je le (...) Lire la suite

1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 203

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net