Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Couleur et cinéma : deux parutions

A voir, à lire, à écouter | 31/10/2013

LA COULEUR AU CINEMA
Yannick Mouren. CNRS Editions, 2012.

LE CINEMA EN COULEURS
Jessie Martin. Editions Armand Colin, 2013.

Sur un même sujet, deux livres de petit format, sans illustrations, qui cependant nous font revoir les films d’un nouvel œil.

En 4ème de couverture de LA COULEUR AU CINEMA, on peut lire « (…) les réalisateurs, les directeurs de la photo se sont posé la question : Que faire de la couleur ? ». Et quid alors des décorateurs ?

Sans rancune, on recommande ce livre qui étudie les nombreux cas d’utilisation de la couleur au cinéma, des débuts du Technicolor (1934) à aujourd’hui. Comment des films raréfient ou saturent les couleurs, les mélangent à l’image en noir et blanc, d’autres qui systématisent l’emploi d’une couleur, l’utilise comme leitmotiv sur un personnage ou en soutien de la narration ; la couleur selon les genres de film et l’emploi qu’en font certains réalisateurs.

Dans le texte qui présente l’ouvrage, l’éditeur énumère quelques uns des films qui y sont évoqués : Providence, Stalker, Trois couleurs, bleu blanc rouge, Vertigo, Pas de printemps pour Marnie, Le Bonheur, Les Chaussons rouges, Juliette des esprits, New York New York, Coup de coeur, Pierrot le fou, Eyes Wide Shut, Le Désert rouge, Blow up : des films célèbres par leur emploi de la couleur, et - pour beaucoup une conséquence directe- par leurs décors.

Lire l’interview de Yannick Mouren sur http://www.leszebres.com/interview-yannick-mouren-auteur-de-la-couleur-au-cinema/

Difficile de ne pas faire des recoupements entre l’ouvrage précédent et LE CINEMA EN COULEURS. Pour celui-ci, « la couleur est l’une des composantes essentielles du cinéma : noir et blanc ou Technicolor, colorisation ou outil d’expérimentation artistique, c’est elle qui donne aux films leur identité et affirme leurs caractéristiques esthétiques et sensorielles ».
L’approche est cette fois plus historique, avec l’évolution des techniques, tout en restant esthétique avec, par exemple, les différentes significations de la couleur et la relation qu’elle entretient avec le réel.

Jessie Martin est Maître de conférences à l’université Lille-3 Charles de Gaulle.

Photo : Rumble fish (Rusty James), F. F Coppola, 1983


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #52

A voir, à lire, à écouter | 07/05/2020

LE CASANOVA DE FELLINI / IL CASANOVA DI FEDERICO FELLINI de Federico Fellini (1976) Tourné bien entendu aux studios de Cinecittà, c’est le périple (...) Lire la suite

Un jour, un décor #51

A voir, à lire, à écouter | 06/05/2020

THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007) Toujours les grands espaces américains, cette fois le désert californien que les hommes, (...) Lire la suite

Un jour, un décor #50

A voir, à lire, à écouter | 05/05/2020

OUTSIDERS / THE OUTSIDERS de Francis Ford Coppola (1983) Dans une petite ville d’Arizona, deux bandes d’adolescents rivales s’affrontent. Après (...) Lire la suite

Un jour, un décor #49

A voir, à lire, à écouter | 04/05/2020

LE CONCILE DE PIERRE de Guillaume Nicloux (2006) De son douillet appartement parisien situé dans un bel immeuble art nouveau, jusqu’aux (...) Lire la suite

Un jour, un décor #48

A voir, à lire, à écouter | 03/05/2020

SUSPIRIA de Dario Argento (1977) Horrifique et hautement stylisé, du pur Argento. Une jeune américaine débarque à Fribourg pour intégrer une (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 202

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net