Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

À propos de FERDINAND

A voir, à lire, à écouter | 07/03/2011

Je m’appelle Ferdinand, artisan sculpteur, J’ai le sentiment depuis le 27 décembre 1999, Que les Indiens avaient raison ;
Le vrai visage d’un arbre n’est pas ce que l’on voit ,majestueusement, s’élancer dans le ciel, mais ce qui est de lui enfoui dans la terre. Ajouter à cela un inconscient en quête de création, l’envie de peupler les jardins de silhouettes sympathiques, comme ces Anglais excentriques habillant leurs parcs de ruines antiques, et installant à demeure un ermite méditant. Depuis dès que je vois un arbre tombé, je m’empresse de mettre à jour son visage, je le nomme, et son esprit resurgit ; l’histoire recommence dans une vie nouvelle.

J’ai, par le passé, tâté de la musique, du dessin et de la peinture, mais nourris de trop de références, mes réalisations ne me satisfaisaient pas. C’est en découvrant un jour, le matériau brut d’un arbre déraciné, qui dans sa contemplation laissait deviner un être, que j’entraperçus l’originalité d’une démarche artistique ;
J’observe, j’affine, je creuse, j’élimine et j’accentue les traits caractéristiques de mon modèle
Suivant l’inspiration et la configuration de l’être, je le nomme ; ma démarche devenant la mise en scène, des absents, des morts et des êtres surnaturels et imaginaires qui permettrait a une histoire de les faire agir et parler, installant l’absent dans le présent.
La meilleure part de création de l’œuvre ;partir de la matière, le bois, avec ses contraintes, une forme déjà existante et déterminée, pour révéler ma propre vision au spectateur.

J’aimerais pouvoir installer cette ‘tribu’ dans divers parcs et jardins, de l’architecturé au plus sauvage, dans l’esprit d’un jardin de sculptures, d’un parcours déambulatoire. L’identité de mes personnages pouvant se décliner sous formes de contes et de musiques, soit en usant de techniques acoustiques, soit en y mêlant des conteurs et des musiciens.
En faire un support ludique à l’intention des enfants, par des initiatives incluant le dessin et la photo dans la nature.Chaque installation serait créée en fonction du lieu proposé, dans une durée déterminée.
























Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Un jour, un décor #55 et dernière

A voir, à lire, à écouter | 10/05/2020

UN JOUR SANS FIN / GROUNDHOG DAY de Harold Ramis (1993) Et une dernière pour célébrer la fin du confinement, envoyée par Riton Dupire-Clément (ADC). (...) Lire la suite

Un jour, un décor #54

A voir, à lire, à écouter | 09/05/2020

ACROSS THE UNIVERSE de Julie Taymor (2007) Un coup de cœur de Valérie Valéro (ADC). « Envie de partager un ovni enchanté : Across the Universe. Ce (...) Lire la suite

Un jour, un décor #53

A voir, à lire, à écouter | 08/05/2020

L’HOMME RICHE / LUFTBUSINESS de Dominique De Rivaz (2008) « Le bonheur de partager en trois dimensions la silhouette de l’ombre et la lumière », (...) Lire la suite

Un jour, un décor #52

A voir, à lire, à écouter | 07/05/2020

LE CASANOVA DE FELLINI / IL CASANOVA DI FEDERICO FELLINI de Federico Fellini (1976) Tourné bien entendu aux studios de Cinecittà, c’est le périple (...) Lire la suite

Un jour, un décor #51

A voir, à lire, à écouter | 06/05/2020

THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007) Toujours les grands espaces américains, cette fois le désert californien que les hommes, (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 201

ADC

Association des décoratrices et décorateurs de cinéma

Siège : ADC ℅ CST 22/24, avenue de Saint-Ouen 75018 PARIS

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net