Association des chefs décorateurs de cinéma

Ségrégation à tous les étages

A voir, à lire, à écouter | 26/01/2014

PHOTOGRAPHIE :
PONTE CITY
MIKHAEL SUBOTZKY & PATRICK WATERHOUSE

Le Bal 75018
Jusqu’au 20 avril 2014

C’est un large cylindre creux de 54 étages, digne du Brazil de Terry Gilliam, la plus haute construction de l’Afrique du sud et de tout le continent noir. Elle s’appelle Ponte city, tour résidentielle dans un quartier alors en pleine expansion de la Johannesburg blanche.

Sa construction s’achève en 1975, juste avant les émeutes de Soweto. Avec le déclin du centre-ville et la montée de la contestation noire, les blancs pour qui avait été bâtie cette tour (des zones y étaient prévues pour leurs domestiques) émigrèrent vers d’autres quartiers plus "surs".

Alors qu’elle avait cru incarner une certaine utopie (économique, architecturale aussi avec son puits de lumière intérieur offrant une double exposition à tous les appartements), Ponte city devint une zone de non-droit, une gigantesque poubelle (5 étages de détritus s’accumulaient au fond de son centre !), à moitié pillée et abandonnée.

Peu après son rachat en 2007 par des investisseurs immobiliers et le début de sa rénovation, Patrick Waterhouse et Mikhael Subotzky, photographes sud-africains, démarrent leur travail, une véritable autopsie de la tour qui durera 5 ans.

« Par l’accumulation de signes, leur travail s’est ainsi constitué par touches, par strates pour s’inscrire dans le tout d’un long processus.
Point d’aboutissement de cette immersion, l’exposition confronte plusieurs récits : données historiques (plans, brochures, coupures de presse...), typologies d’éléments architecturaux sur les 54 étages, images abandonnées dans les appartements par des migrants de passage, personnages qui donnent une voix au bâtiment, scènes poétiques de la vie quotidienne.
 » (Le Bal).

Dans la première salle de l’exposition, des colonnes de feuilles à lire renseignent le visiteur : les moyens pharaoniques mis en oeuvre pour cette construction mégalomane, le contexte socio-politique, les témoignages d’habitants un couple, un réfugié politique habitants de la tour.. .
Et comment la ségrégation raciale s’y exprimait à travers les partis-pris architecturaux.

Patrick Waterhouse et Mikhael Subotzky Ponte city, 2008-2013 © Magnum Photos


Lire aussi les autres actualités pour A voir, à lire, à écouter

 

Du Décor à l’Ecran : la séance de Mars

A voir, à lire, à écouter | 20/02/2019

L’AMOUR EST UN CRIME PARFAIT d’ARNAUD et JEAN-MARIE LARRIEU Cinéma Le Grand Action, Paris 5ème Dimanche 17 mars à 18h Nous sommes heureux (...) Lire la suite

L’art du panier japonais

A voir, à lire, à écouter | 17/02/2019

FENDRE L’AIR, L’ART DU BAMBOU AU JAPON Musée du quai Branly, Paris 15ème Jusqu’au 7 avril Au Japon, pas de hiérarchie entre « beaux-arts » et « arts (...) Lire la suite

Au Kanal-Centre Pompidou, ex-garage Citroën

A voir, à lire, à écouter | 13/02/2019

MISCELLANEOUS FOLIES Kanal - Centre Pompidou Quai des péniches, Bruxelles 1000 Jusqu’au 29 avril Des petits bâtiments « sexy qui ne sont pas (...) Lire la suite

Foujita 「藤田嗣治:生涯の作品(1886-1968)」展

A voir, à lire, à écouter | 11/02/2019

FOUJITA ŒUVRES D’UNE VIE (1886-1968) Maison de la Culture du Japon, Paris 15ème Jusqu’au 16 mars 36 œuvres du japonais Tsuguharu Foujita, figure (...) Lire la suite

Le peintre qui aimait les rousses

A voir, à lire, à écouter | 09/02/2019

ROUX ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel Musée Henner, Paris 17ème Jusqu’au 20 mai « Pourquoi tant de rousses ? » se sont toujours demandés les (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 162

ADC

Association des chefs décorateurs de cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits réservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net