Association des chefs décorateurs de cinéma

La lettre ouverte du groupe 25 images

Actualités professionnelles | 15/12/2014

Soutenue par l’ADC et bien d’autre associations, nous publions la lettre ouverte du groupe 25 images.http://www.groupe25images.fr/

Lettre ouverte des créateurs
VIVE LA TÉLÉ !

« C’est dans les temps de crise qu’il faut doubler le budget de la culture ». Victor Hugo.
La télévision est devenue la première - et parfois la seule - pratique culturelle des Français.
Elle devrait donc être une fenêtre essentielle de notre culture populaire vivante.
Mais la France occupe le dernier rang européen en volume de production de fiction ! Pourquoi ?

1. Le budget global de la fiction française est tombé à la moitié du budget anglais et au tiers de l’allemand…
2. Notre contribution à l’audiovisuel public (ex-redevance) est basse : 133 euros par an, pour 182 euros au Royaume-Uni, 215 en Allemagne, 240 en Suède et 345 au Danemark ! La qualité des programmes de création (fiction, animation, documentaire, spectacle vivant) s’en ressent directement. Et nous sommes les seuls en Europe à ne pas tenir compte de la multiplication des écrans (tablettes, ordinateurs, smartphones…)
3. La France est le seul pays européen à diffuser autant de séries étrangères à 20h501. TF1 et M6 en
diffusent en flot quasi-ininterrompu, et M6 ne produit plus de fiction pour cette tranche horaire.
4. L’interventionnisme des diffuseurs auprès des auteurs (scénaristes, réalisateurs, compositeurs) et des producteurs, souvent jusque dans le choix des acteurs et de la musique, est devenu contre- productif tout particulièrement en fiction, genre qui est passé du statut « d’oeuvre » à celui de « produit »…
5. Six ans après la suppression de la publicité après 20h sur la télévision publique au profit du privé, la
stratégie paradoxale qui a consisté à, plus que jamais, faire la course à l’audience avec TF1 et M6 a
rencontré considérablement plus d’échecs retentissants que de réussites. Alors même que cette
suppression de publicité devait libérer la création de la contrainte du chiffre !
Notre fiction nationale a perdu son feu créatif, et son savoir-faire. A part quelques trop rares (et très
réussies) exceptions, elle s’est banalisée, formatée, refroidie. Notre télé s’étouffe, se nivelant par le bas, dans un parfait mépris du téléspectateur. Alors que le principe même de la fiction, pour étonner et séduire le public, c’est de transgresser les règles, d’oser, d’innover, d’inventer !
Les séries étrangères ne cessent de nous le prouver par leur diversité sociétale, leur insolence, la puissance et la liberté de leurs personnages, mais aussi la diversité des genres abordés : on y ose la science-fiction, le moyenâge, le surnaturel, le super-héros, la guerre, la folie, les lesbiennes décomplexées, la religion… et même les pauvres !

Le petit écran (de plus en plus grand) devrait être le témoin de notre époque, le miroir de nos imaginaires.
Pas celui de l’humeur des programmateurs qui imposent aux téléspectateurs ce qu’ils doivent regarder en prétendant savoir ce qu’ils veulent ! Le marketing doit être au service de la création, et non l’inverse.

A ce titre, la création sur France Télévisions devrait être un laboratoire d’idées. Elle devrait être audacieuse, surprenante, passionnée, transgressive, irréprochable, et montrer l’exemple aux diffuseurs privés.
« La télévision publique est là pour servir les citoyens et pas l’État ou les lobbys ». Chris Patten, Ex-PDG de la BBC.
Quand allons-nous enfin nous réveiller pour sauver notre fiction ?! Quand allons-nous briser l’hégémonie des fictions étrangères, et prouver à notre public que, nous aussi, nous sommes capables de rivaliser, d’inventer, de créer, de dépasser ! De le séduire.

Le problème, en France, n’est en aucun cas créatif, mais uniquement systémique.
Si nous laissons faire, le public va fuir sur Netflix, Hulu ou Amazon, à 8 euros par mois ! Alors restaurons à tout prix la qualité par des financements ambitieux. Par exemple, le budget de Marseille, la première série française coproduite par Netflix, avoisine celui des séries Canal+ : de 1,5 à 2 millions d’euros par épisode. Un épisode de série française habituelle dépasse rarement 800.000 euros, pour 2 à 4 millions d’euros en série US.
C’est au prix de cette ambition que France Télévisions exportera ses fictions, comme Canal+ sait le faire…

À 20h50, les grandes chaînes françaises ne diffusent que 47% de fiction nationale (3,4% sur M6)…
En comparaison, BBC One est à 87% de fiction nationale en primetime et ITV, chaîne privée, à 96% (Chiffres CNC-APA).
Diffuseurs, responsables, pensez qualimat plutôt qu’audimat, innovez au lieu de cloner ! Passionnez-vous, osez la vie, osez l’audace !

Les 78 millions d’euros investis en 2013 par le CNC dans la fiction le méritent…
Malgré le retard français, la passion des producteurs, scénaristes, réalisateurs de fiction et de documentaires, comédiens, compositeurs, artistes de l’animation, techniciens artistiques, en étroite collaboration avec les sociétés d’auteurs, a donné vie à 1650 films et 8000 épisodes de séries en dix ans !
Au nom des téléspectateurs, au nom de notre passion pour la création, Madame la ministre de la culture et de la communication, Monsieur le Président du CSA et Mesdames et Messieurs les conseillers du CSA, Madame la conseillère Culture & Communication de la Présidence de la République, nous, créateurs de fiction, demandons solennellement l’application des dix points suivants :

I. Que les candidats (déjà une vingtaine listée) à la future Présidence de FTV, nomination prévue entre le 22 avril et le 22 mai 2015, fassent campagne non seulement auprès du CSA, mais surtout auprès des forces vives de la création. Nous voulons les questionner, les pousser dans leurs retranchements. Notre survie professionnelle et culturelle dépend aussi de celle ou celui qui prendra la tête de France Télévisions.

II. Que les créateurs (réalisateurs, scénaristes, acteurs, producteurs) réintègrent les instances de décision, dont ils ont étés écartés : directions d’unités et conseillers de programmes, documentaire et fiction.

III. Que ces derniers aient le courage et la possibilité de mener à bien l’élaboration artistique des fictions et d’en contrôler leur programmation, sans être soumis sans cesse à la tutelle d’officines de sondage.

IV. Que les postes de directeurs d’unités, comme ceux de conseillers de programme, soient attribués en fonction de l’expérience et assujettis à une évaluation qualitative permanente, et non "acquis à vie".

V. Que des unités financièrement indépendantes soient reconstituées. Et que soient créées des collections, des cases innovantes de fiction où les coups de coeur et l’audace seraient la règle.

VI. Que l’État ne considère plus comme secondaire la culture audiovisuelle, et qu’après avoir déjà soustrait 310 millions d’euros au CNC, il revienne sur sa décision de vouloir retirer chaque année 300 millions aux chaînes publiques, reniant définitivement sa promesse de compenser la fin de la publicité après 20h.

VII. Que les producteurs indépendants, respectueux des créateurs et du public, aient les moyens de créer des séries fortes exportables, au même titre que les groupes audiovisuels. Leur diversité garantit la créativité.

VIII. Que l’on cesse de programmer massivement des séries américaines à 20h50 : TF1 56,3% et M6 90,5% (cf. note en bas de page 1). Que le CSA réglemente, ou que l’on impose par la loi s’il le faut, comme en Allemagne, en Angleterre et en Scandinavie, de diffuser de la fiction nationale à 20h50.

IX. Qu’une forte augmentation du volume de création soit enfin imposée à nos diffuseurs pour nous sortir du dernier rang européen en fiction : seulement 768 heures produites en 2013 sur toutes nos chaînes2. Une misère comparée aux 1250h produites en Angleterre, 1400h en Espagne ou 2000h en Allemagne…
Oui à la série « industrielle », mais haut de gamme, qui respecte la création, les auteurs et les producteurs.
Oui aux coproductions ambitieuses qui n’écartent pas le magnifique savoir-faire des équipes françaises.
Oui à la survie des unitaires qui ne sont plus que 13% en 2013, pour 57% en 2004 ! (Chiffres CNC-APA)
Oui à une présence plus forte et significative des femmes dans toutes nos créations audiovisuelles !

X. Que cette révolution nécessaire du financement de la fiction et de la création française soit imposée par le ministère ou le CSA, en obligeant les diffuseurs à baisser le budget de l’envahissant divertissement, comme l’a osé la BBC, et par une hausse courageuse de la contribution à l’audiovisuel public, justifiée par la nouvelle qualité des programmes. Afin qu’un budget de création enfin réaliste soit attribué avec justice à des oeuvres audacieuses, éclectiques et diversifiées.

NOUS ATTENDONS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE, DU CSA ET DES DIFFUSEURS, DE CONSIDÉRER PLEINEMENT CES DEMANDES ET D’OUVRIR SANS DÉLAI UN DIALOGUE CONSTRUCTIF AVEC L’ENSEMBLE DES CRÉATEURS DE CULTURE AUDIOVISUELLE SIGNATAIRES DE CETTE LETTRE.
LA FRANCE A DE GRANDS ÉCRIVAINS, D’IMMENSES RÉUSSITES ARTISTIQUES, DE GRANDS FILMS, UNE CULTURE D’EXCEPTION. POURQUOI N’AURAIT-ELLE PAS UNE GRANDE TÉLÉVISION ?!

768 heures toutes chaines confondues, dont seulement 314 h de « fiction lourde » 20h50, face aux 135 h de Plus belle la vie, 207 h de formats courts d’avant 20h30, et 112 h à budgets écrasés sur la TNT…

Premiers signataires de la Lettre ouverte des créateurs

GROUPE 25 IMAGES - Association de réalisateurs de films de télévision
Christophe Andréi et Frédéric Tellier, coprésidents
www.groupe25images.fr

AAFA - Actrices et Acteurs de France Associés
Olivier Sitruk et Tessa Volkine, présidents
site en cours de création
UCMF - Union des Compositeurs de Musique de Films
Patrick Sigwalt, président
www.ucmf.fr
AGrAF - Auteurs Groupés de l’Animation Française
Fabrice Fouquet, Stéphane Piéra et Anne-Claire Lehembre, présidents
www.agrafanim.com

Premiers soutiens

LSA - Les Scriptes Associés
www.lesscriptesassocies.org
LMA - Les Monteurs Associés
www.monteursassocies.com
ADC - Association des Décorateurs de Cinéma
www.adcine.com
AFC - Association Française des Directeurs de la Photographie Cinématographique
www.afcinema.com
ACFDA - Association des Chargés de Figuration et de Distribution Artistique
www.acfda.fr
AFAP - Association Française des Accessoiristes de Plateau
www.afap.fr
MAD - Métiers associés du décor
www.assomadcinema.wordpress.com
PFA - Photographes de Films Associés www.pfa-photo.com

Contact
Dominique Attal
Tél 01 42 50 64 30
gr25images@orange.fr


Lire aussi les autres actualités pour Actualités professionnelles

 

Dans la presse

Actualités professionnelles | 07/12/2017

UN NOUVEAU DISPOSITIF D’AIDES AU CINEMA Le Monde du Jeudi 7 Décembre Les tournages relocalisés en France, les effets spéciaux et les auteurs seront (...) Lire la suite

Christian Guillon Génie d’Honneur 2018

Actualités professionnelles | 06/12/2017

PARIS IMAGES DIGITAL SUMMIT Centre des Arts d’Enghien-les-bains (95) Du 24 au 27 janvier 2018 Au prochain sommet Paris Images Digital, les (...) Lire la suite

Communiqué de Presse des associations professionnelles membres de la CST

Actualités professionnelles | 23/11/2017

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 novembre 2017 Les nombreuses associations professionnelles de techniciens du cinéma et de l’audiovisuel réunies (...) Lire la suite

Théâtre-Cinéma-Photographie-Son, 2 écoles ouvrent leurs portes

Actualités professionnelles | 19/11/2017

ENSLL et ENSATT, JOURNEE PORTES OUVERTES ENS LOUIS LUMIERE La Plaine Saint-Denis (93) Samedi 25 Novembre 2017 de 10h à 17h Au programme : (...) Lire la suite

Lumière à Zaatari

Actualités professionnelles | 20/10/2017

Nous sommes une petite équipe de tournage dont le film nous a emporté au printemps dernier en Jordanie. Là-bas, nous avons entre autre tourné dans (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 72

http://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

http://www.adcine.com

[(http://www.adcine.com|=={'http://www.adcine.com'}|oui) ]