Association des chefs décorateurs de cinéma

Valérie Grall en interview

En exclusivité | 08/12/2014

A la vie, de Jean-Jacques Zilbermann est sur les écrans, les décors sont de Valérie Grall et on la remercie d’avoir joué au jeu du questionnaire.

Le déclic qui vous a fait aller vers le cinéma ?
Les rencontres. La confiance de mon frère ainé qui était assistant réalisateur, qui pensait que j’avais du talent. Il m’a donné des coups de pieds aux fesses. Cela a été efficace car j’ai été une bonne assistante et rapidement investie de la responsabilité du décorateur. On peut appeler ça un déclic.

Une femme chef déco au milieu des années 1980, plutôt rare…Difficile de s’imposer à ce poste à l’époque ?
Non par chance, et curieusement les deux personnes qui y ont vu un inconvénient était exactement celles dont on n’attendait pas qu’ils y soient opposées.
Une fois, c’est une réalisatrice qui a jugé qu’elle ne pouvait pas travailler avec une femme enceinte (je l’étais de deux mois), et un réalisateur engagé à gauche qui n’arrivait pas à imaginer ce métier au féminin…(il ne savait pas en quoi consiste ce métier et l’imaginais, mais mal).

De film en film, vous avez adopté une méthode ou des habitudes pour imaginer les décors ?
Aller au plus loin du "goût" du film pour tenter de produire avec le metteur en scène un style.

Télévision ou cinéma, pour vous une vraie différence ?
Non aucune. Et je suis contente que Bruno Dumont nous prouve qu’il n’y en a pas. Fabriquer des films intéressants et créatifs pour la télévision, c’est un superbe combat auquel je suis très heureuse de participer et nombreux sont les metteurs en scène qui le mènent.

Que dites-vous aux jeunes qui vous contactent pour faire ce métier ?
Qu’il faut avoir de la curiosité. S’intéresser à la recherche des formes dans le domaine du cinéma certes, mais aussi des arts plastiques, de la danse, du théâtre, de la musique, de la littérature, de l’architecture. Tout est lié.

Depuis vos débuts, sur une préparation ou un tournage, un beau souvenir...
La recherche du "Docteur Boat" sur le port de Manille en compagnie de Jacques Perrin pour une série qu’il avait initiée sur les Médecins du Monde : une gageure quasi impossible.
Les plus beaux souvenirs sont souvent liés aux paris les plus fous, aux metteurs en scène ambitieux et aux productions qui arrivent à les gérer avec malice et engagement.

…et un moment difficile ?
Les plus mauvais sont liés aux malentendus. Quand le producteur est contre le metteur en scène. Les techniciens sont pris en otage.

Un film, une expo, un spectacle qui vous a fait rêver récemment ?
Je recommande de voir le travail Markus Retz. De marcher la nuit dans les villes, d’écouter le silence. L’opéra de Martin Crimp. Pelleas et Melisande. Pommerat au théatre. Le minimalisme d’Aurelien Bory. Le regard de Pierre Huyghe etc…

Si vous n’aviez pas été décorateur (trice)...
Plasticienne, architecte...écrivain ? Mais je crois qu’il est illusoire de penser qu’on choisit un métier comme on choisit un caramel dans une vitrine. On essaye de se diriger vers ce qu’on aime sans doute, après il faut savoir lever ses propres inhibitions, or ça c’est un vrai travail.

Quelques mots sur les décors de A la vie, situés en 1960 ?
J’ai pensé à Jacques Tati, maître inégalé. Parfois on l’effleure dans la reconstitution de Berck-Plage des années 60. Nous avons trouvé chez un restaurateur qui est devenu un ami de très beaux documents d’archives, très émouvants.
Nous n’avions pas les moyens d’une reconstitution phénoménale et nous nous sommes restreints à une zone de champs sur le front de mer. Parfois ça dérape vers une imperfection esthétique car nous sommes toutefois dans des décors naturels contemporains, mais ces touches contribuent à l’intention de scène théâtrale que j’aime bien.
Le léger décalage qui me semble indispensable quand on collabore à une narration certes réelle (l’histoire est celle de la mère du metteur en scène), mais réinterprétée à travers les yeux du cinéaste (le choix de Berck-Plage) et les contraintes du cadre filmique.


Lire aussi les autres actualités pour En exclusivité

 

Olivier Radot raconte Happy End

En exclusivité | 07/10/2017

HAPPY END est la première collaboration d’OLIVIER RADOT avec MICHAEL HANEKE. Il nous raconte les décors de ce film où s’affrontent trois générations (...) Lire la suite

Hugues Tissandier, à propos de Valérian

En exclusivité | 01/10/2017

L’adaptation de VALERIAN par Luc Besson est sortie en juillet, HUGUES TISSANDIER (ADC) revient sur la préparation des décors de ce blockbuster (...) Lire la suite

Fred & Fred Lapierre en interview

En exclusivité | 20/06/2017

FREDERIC ET FREDERIQUE LAPIERRE ont rejoint l’ADC début 2016 et n’ont pas encore passé l’épreuve de l’interview ! Ils s’y sont collés à l’occasion de la (...) Lire la suite

Sylvie Olivé et l’Amant double

En exclusivité | 01/06/2017

Première collaboration de SYLVIE OLIVE (ADC) avec François Ozon. Elle nous raconte les décors de l’Amant double, l’histoire d’une jeune femme prise (...) Lire la suite

François-Renaud Labarthe, "Personnal Shopper"

En exclusivité | 17/12/2016

Depuis Désordre en 1986, Olivier Assayas a fait appel à FRANÇOIS-RENAUD LABARTHE (ADC) pour la plupart de ses films. Personal Shopper est sur les (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

http://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

http://www.adcine.com

[(http://www.adcine.com|=={'http://www.adcine.com'}|oui) ]