Association des chefs décorateurs de cinéma

L’interview de Maamar Ech-Cheikh

En exclusivité | 23/03/2014

A l’affiche du film Le crocodile du Botswanga, le décorateur Maamar Ech-Cheikh répond aux questions de l’ADC et revient sur ses débuts pour les sketchs des Nuls à Canal plus.

Le cinéma a-t-il été un choix délibéré ou une opportunité ?
Sincèrement, ce fût une opportunité plus qu’un choix. Ce qui m’a fait rentrer dans ce milieu, c’est l’amitié. On était une bande de copains, certains étaient comédiens, ils montaient leur propre pièce et on les aidait à construire les décors.
C’était assez contraignant, on avait peu d’argent, on volait du bois dans les chantiers la nuit, on nous donnait la peinture, on récupérait des meubles qu’on retapait ou patinait et on construisait sans atelier.

Un des mes amis avait réussi à trouver un job à Canal Plus. Il fut informé qu’on recherchait un accessoiriste, j’ai immédiatement postulé. Lors du rendez vous, j’ai du raconter que j’avais fait plein de clips et de pubs, ce qui n’était pas vrai. J’ai été pris à l’essai et ils m’ont gardé. Voilà comment j’ai démarré.

Quelle est votre formation et influence-t-elle aujourd’hui votre façon de travailler (méthode, style) ?
J’ai fait un bac Electronique (F2 à l’époque) ou on apprenait à faire des plans. En même temps que j’aidais ces copains à monter leur pièce, je prenais des cours de dessin artistique, et quand j’étais à Canal, je suivais en parallèle des cours d’histoire de l’art au Louvre.

A l’époque des Nuls, c’est-à-dire à mes débuts, je notais tout ce qui se disait lors des réunions car j’avais peu d’expérience et peur d’oublier une information. Ce que je croyais être un défaut, j’ai compris plus tard que c’était une qualité. J’ai continué à garder cette attention, ça a développé en moi ce souci du détail.

Quand au style, pour moi il associe pleins de choses : la sensibilité du metteur en scène, la mienne, l’histoire, l’époque, le milieu, l’environnement, le social, etc… Il est différent à chaque fois.

Que conseillez-vous à ceux qui vous sollicitent pour faire ce métier ?
D’aller voler du bois dans les chantiers la nuit !!!! Ben, je sais pas si je suis légitime pour donner des conseils mais je peux leur dire d’aller au bout de leur idée et aussi d’écouter.

Qu’avez-vous tiré de vos années à Canal + ?
Le rythme de Canal était très soutenu. On avait un degré de production assez élevé. Cela m’a appris à tempérer et à anticiper dans des situations compliquées avec de gros décors à livrer en peu de temps. J’ai appris aussi à passer d’un style à un autre, d’une sensibilité à une autre.

Les Nuls a été la meilleur école que j’ai connu et en plus j’étais payé, que voulez-vous de plus ? On passait d’une parodie de pub beauté à de la lessive, d’une parodie de film de guerre avec explosions qu’on faisait nous-même à un film intimiste, d’une parodie d’un plateau télé à une pièce de théâtre etc …
On avait beaucoup de boulot mais on rigolait aussi. Ca aussi ça a influencé mon choix de faire se métier. J’ai retrouvé cet état d’esprit quand j’ai fait le film à sketchs Les Infidèles.

Votre filmographie compte de nombreuses comédies, ce genre donne-t-il un ton particulier au décor ?
On pourrait le croire mais je ne le pense pas. Il me semble que le cinéma américain a beaucoup influencé les nouvelles générations dans ce genre de film. Grâce à ces références, les réalisateurs ont tenu à porter beaucoup d’attention à l’artistique.
On a commencé à mettre plus d’argent, on est devenu plus réaliste, moins carton-pâte donc mieux éclairé. Le jeu des comédiens est devenu moins caricatural. Le genre existe encore mais il est devenu plus minoritaire.

Pensez-vous que le rôle d’un décorateur d’un film est aussi d’influencer la mise en scène ?
Y a pas de règle, cela dépend de pleins de choses. Il faut le sentir. Si c’est le postulat de départ, c’est à dire que c’est le metteur qui le demande, oui. Mais c’est pas toujours le cas. De toute façon vous êtes appelés à parler du film, donc fatalement vous donnez votre ressenti par rapport à l’histoire et donc, avoir une influence, pourquoi pas...

Depuis vos débuts dans le cinéma, un souvenir de tournage particulièrement marquant ?
Je crois que c’est Big city de Djamel Bensalah. C’était un western pour enfant. J’ai du pour les besoins de ce film construire un village en entier. Cela m’a rappelé mon père, c’était son cinéma préféré. J’aurais été fier de le lui montrer.

Je me souviens qu’à la fin de chaque film, je me prenais pour le héros pendant 2, 3 jours et j’en rêvais. J’avais hâte de voir ce village fini pour pouvoir me balader tout seul avec un holster à la ceinture. J’attendais qu’il y ait plus personne, bien sur ! Je voulais pas qu’on se foute de ma gueule, mais je l’ai fait !!!!!

Un film, une exposition, un spectacle... qui vous ait fait rêver récemment ?
Je me suis retapé une partie de la filmographie de Fritz Lang : M le maudit, Le docteur Mabuse et Metropolis. Du génie, un régal de mise en scène.
A l’époque des films 3D, ça fait du bien de se replonger à l’essentiel, la mise en scène.

A propos du film de Félix Éboué et Lionel Steketee, Le Crocodile du Botswanga, quelques mots sur les parti-pris de décor ?
Au gré du film, on a apporté plusieurs choses.
D’abord, l’aspect colonial par la fresque dans la salle des ministres, le bois - car c’est un pays exportateur - dans les salles des ministres ainsi que la réception (claustra et fond de scène).
L’influence des russes - ce qui est le cas de beaucoup de pays africains - à l’aéroport et pour l’entrée du palais de Bobo (l’arche avec son étoile et la typo en volume sous les drapeaux ainsi qu’à l’entrée).
Le coté mégalo des intérieurs du dictateur dont sa chambre, son bureau, un style clinquant, ostentatoire et de mauvais goût. Et les couleurs chaudes pour la fête organisée pour la femme du dictateur.

La question manquante à laquelle vous auriez voulu répondre ? Et sa réponse, éventuellement...
« Quel a été le tournant de votre vie professionnelle ? »
Ma collaboration aux films de Michel Hazanavicius, un réalisateur de grand talent. Ces films m’ont vraiment permis de m’exprimer. Il a été une grande chance dans ma vie professionnelle. Cette rencontre m’a donné une nouvelle dimension.


Lire aussi les autres actualités pour En exclusivité

 

Dans la brume, par Arnaud Roth

En exclusivité | 22/04/2018

Une brume toxique envahit soudainement Paris. Dans un immeuble, un couple essaye de survivre et de protéger leur fille malade, isolée du monde (...) Lire la suite

Samuel Deshors raconte les décors de Call Me by Your Name

En exclusivité | 07/03/2018

CALL ME BY YOUR NAME réalisé par Luca Guadagnino, tourné en 2016, distribué en France en 2018. SAMUEL DESHORS (ADC) est le Production designer de ce (...) Lire la suite

Au revoir là-haut par Pierre Quefféléan

En exclusivité | 10/01/2018

Au tour de PIERRE QUEFFELEAN (ADC) de revenir sur les décors de son dernier film sorti en salle, AU REVOIR LA-HAUT d’Albert Dupontel. Adapté du (...) Lire la suite

Le décor de Festen, sur la scène et à l’écran

En exclusivité | 28/11/2017

REFLEXIONS AUTOUR DE LA SCENOGRAPHIE DE FESTEN, PAR VALERIE GRALL Sur la scène de l’Odéon/Ateliers Berthier jusqu’au 22 décembre, CYRIL TESTE et le (...) Lire la suite

Jeune femme par Valérie Valéro

En exclusivité | 31/10/2017

Caméra d’Or au dernier festival de Cannes à JEUNE FEMME de Léonor Séraille. VALERIE VALERO (ADC) revient sur les décors de ce film devenu « (...) Lire la suite

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

http://www.adcine.com

ADC

Association des Décorateurs de Cinéma

Siège : SFP 2 avenue de l´europe 94360 Bry sur Marne

Mentions légales

© ADCINE tous droits reservés

Design: Porte-voix.com  Benoit Godde / Réalisation : Akilia.net

http://www.adcine.com

[(http://www.adcine.com|=={'http://www.adcine.com'}|oui) ]